Publicité

Born and raised collecte 250$ pour Héma-Québec

Histoire
Robert Carrière
Robert Carrière, historien de Tétreaultville, lors du déjeuner du 7 février. (photo: Sylvie Lauzon – Born and Raised in Tétreaultville)

Le groupe Born and Raised in Tétreaultville s’est réuni une fois de plus, comme chaque samedi matin, le 7 février dernier pour aller déjeuner au Cupidon d’Or sur la rue Hochelaga, mais cet évènement avait un petit quelque chose de spécial : c’était le déjeuner de la vie.

« Nous avons organisé une collecte silencieuse pour ramasser des dons pour Héma-Québec lors du déjeuner, une idée qui est venue d’un des membres du groupe, Robert Gingras. Nous étions plus de 40 personnes présentes et nous avons récolté exactement 255 $. C’est notre façon de faire pour remercier l’organisme pour tout le travail qu’il fait pour sauver des vies. Notre ami Robert a reçu 60 transfusions de sang l’année dernière et c’est grâce à ça que nous pouvons encore partager de bons moments avec lui les samedis matins », explique Gilbert Caron, administrateur Facebook du groupe Born and Raised.

Passionné d’histoire, Robert Carrière a commencé par faire des recherches sur la généalogie de sa famille au début de sa retraite il y a bientôt 15 ans. Ensuite, il s’est mis à fouiller les Archives nationales du Québec pour ramasser des informations qui parlaient de l’histoire de Tétreaultville, l’endroit où il est né et où il a vécu toute sa vie. Au bout de cinq ans, à raison de cinq jours de fréquentation de la bibliothèque par semaine (un emploi à temps plein!), M. Carrière a accumulé plus de 6000 documents au sujet de la Longue-Pointe et Tétreaultville. 

Un historien rassembleur

Afin de partager sa passion avec les autres citoyens du quartier et d’ailleurs, Robert Carrière a décidé de mettre sur pieds un groupe Facebook, Born and Raised in Tétreaultville, et une page Facebook, Histoire des quartiers Longue-Pointe et Tétreaultville. Le groupe Born and Raised a passé le cap des 1000 membres l’été dernier et la page Facebook a récemment franchi la barre des 1000 « j’aime ».

Pour faire en sorte que les membres de Born and raised ne soient pas uniquement connectés via Internet, un autre membre du groupe, Pierre St Arneault, a eu l’idée de lancer les déjeuners historiques les samedis matins. Au départ, une douzaine de personnes étaient présentes chaque semaine. Aujourd’hui, il n’est pas rare d’en voir entre 20 et 40. « Ce samedi, il y avait même un membre qui demeure aujourd’hui à Halifax qui était des nôtres pour le déjeuner pour la vie », raconte Gilbert Caron.

Une santé fragile

L’historien amateur, également chroniqueur pour le Journal de Mercier-Est, doit cependant composer avec une santé précaire, raison pour laquelle il a besoin de transfusions de sang régulièrement.

De plus, victime de sa popularité, les déjeuners du samedi matin lui demandent beaucoup d’énergie maintenant, mais Robert Carrière en tire autant de la part des membres présents. « Il y a tellement de monde parfois que je ne sais plus où donner de la tête pour faire le tour de toutes les personnes présentes! Quand j’arrive à la maison, je suis fatigué, mais c’est de la bonne fatigue », commente-t-il.

« Je n’ai jamais fait ça pour la gloire, mais je suis quand même très heureux de pouvoir dire que j’ai pu regrouper en tout près de 2400 personnes pour parler de l’histoire d’un quartier sur Facebook. Même si j’en fais moins qu’avant, je travaille encore à partir de mon ordinateur pour partager des articles de journaux et des photos. Ça m’amuse et je dois aussi dire que Gilbert m’aide aussi beaucoup et je tiens à le remercier pour ça », ajout-il.

Vos commentaires
loading...