Publicité

Centre de compostage : un cadeau empoisonné pour l’est de Montréal?

Communiqués
Centre de compostage de l'Est
(photo: Arrondissement MHM)

Le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) déplore la décision de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) d’approuver le choix de la Ville de Montréal pour le nouvel emplacement du centre de compostage. Le CEM-E rappelle que le choix du site s’est fait de façon assez opaque malgré les interrogations des citoyens. Dans son rapport rendu public cette semaine, l’OCPM reproche pourtant à la Ville l’insuffisance de ses études techniques sur les impacts potentiels de ce projet, notamment les odeurs et le camionnage et soulève les craintes des citoyens sur les répercussions économiques du projet dans le secteur d’accueil. L’organisme reprend également l’argument central défendu par le CEM-E, à savoir le non-respect de l’équité territoriale.

«L’est de Montréal accueillera trois des cinq installations de traitement des matières résiduelles de l’île de Montréal, et ce, sans compter les autres installations privées réparties sur notre territoire. Malgré sa décision favorable au projet, l’OCPM se montre très critique vis-à-vis des représentants de la Ville qui font miroiter pour l’est de Montréal des bénéfices hypothétiques, comme la création d’un pôle de compétitivité environnemental», déclare Jean Lapointe, président du Collectif en environnement Mercier-Est.

Le CEM-E se réjouit néanmoins que les quatre conditions formulées par l’OCPM pour la réalisation de ce projet reprennent certaines des recommandations émises par le Collectif lors de la consultation publique en septembre dernier, particulièrement en ce qui a trait à la formation d’un comité de suivi ainsi qu’à l’évaluation et au contrôle en continu des risques.

«À en croire certains représentants de la Ville de Montréal, l’ajout du centre de compostage aux deux autres installations déjà prévues, c’est un véritable cadeau pour l’est de Montréal. Nous, au CEM-E, nous craignons plutôt que ce ne soit un cadeau empoisonné», conclut Jean Lapointe.

Source: CEM-E

Vos commentaires
loading...