Publicité

Merci, M. ou Mme Col Bleu!

Éditoriaux
déneigeuse bombardier
La ou le col bleu circulait dans une déneigeuse qui ressemblait à celle-ci. Il roulait lentement, pour ne pas faire de bruit. (photo tirée des PAC)

Il était une heure du matin, ce matin, 13 février. Et vous avez eu la délicatesse d’y aller mollo.

Il a donc neigé toute la journée d’hier. Puis, ça s’est calmé en soirée. Et, vers 1 h 10 du matin, vous avez conduit votre chenillette sur les trottoirs du quartier. Je ne dormais pas et j’ai entendu votre machine. Ce qui m’a frappé : vous avez roulé lentement. Très lentement. Vous avez aussi fait attention à ne jamais reculer pour ne pas que votre avertisseur retentisse dans les chaumières des familles endormies. J’ai vu la manœuvre : il y a des grands cercles dans la neige de la rue, les traces de votre chenillette. Vous faisiez ces cercles pour ne pas avoir à reculer. Pour ne pas réveiller les enfants et leurs parents, très nombreux dans le secteur.

Puis, vous êtes reparti sur l’autre pâté de maisons, toujours lentement, pour ne pas que le moteur fasse trop de bruit.

On a beaucoup critiqué le déneigement à Montréal, dans les médias, ces dernières années. Même moi, je n’ai pas toujours eu la meilleure des opinions envers les cols bleus de Montréal. Mais je puis dire que dans notre quartier, je vous regarde travailler. On voit que vous avez le cœur à l’ouvrage et la volonté de bien faire le travail.

J’ai discuté avec un de vos superviseurs l’autre jour : vous n’étiez pas obligés de faire certaines rues, mais si les résidents déplaçaient leurs voitures, vous acceptiez de déneiger immédiatement celles qui devaient être faites le lendemain. Vu que la voie était libre. C’est particulièrement apprécié dans le Faubourg Contrecœur, où le stationnement est très compliqué, car la densité urbaine est la plus élevée du quartier.

Alors, j’aimerais vous dire merci de donner un service comme celui-là. C’est très apprécié. Voilà, c’est dit.

Vos commentaires
loading...