Publicité

Montréal, son fleuve, son île et la Main

Culture
Jeanne Mance
À 34 ans Jeanne Mance quitte la France « pour venir soigner les malades et les blessés en Nouvelle-France, ce pays si éloigné, sauvage et incommode » selon François Dollier de Casson, premier historien de Montréal. (Photo et extrait tiré du www.paulcarvalhofilms.com)

Deux documentaires de la série Montréal, mon amour, mon histoire seront présentés ce soir (jeudi) à 19 h 30 en programme double chez Station Vu en présence du réalisateur Paul Carvalho.

« La Main… et les autres » relate de l’histoire du boulevard Saint-Laurent, ligne tracée à travers l’île de Montréal représentant une frontière entre les anglophones et les francophones ou les « autres », soit les Italiens, les juifs et les Chinois, autrement dit les immigrants qui arrivent au Canada français. « Le fleuve et son Île » met en vedette le fleuve Saint-Laurent, le chemin maritime qui a vu débarqué Jeanne Mance et Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, à Montréal, le même chemin emprunté par la suite par des milliers de futurs Montréalais, arrivés d’Europe.

« Grâce à la série documentaire, je peux pratiquement dire que je détiens maintenant un doctorat en histoire de Montréal ! », lance Paul Carvalho. « Au départ, Radio-Canada m’avait demandé de faire un documentaire sur l’histoire de Hochelaga-Maisonneuve. On a finalement décidé de faire tout Montréal. Le projet, qui aura duré 6 ans, aura abouti à cinq documentaires. Les films ont une connotation historique bien entendu, mais ils ont été pensés pour le grand public. Je suis très soucieux des détails, mais je filtre le tout à travers moi, je deviens l’interface entre l’historien et l’auditoire. On y voit des personnages et on raconte des anecdotes. »

De Westmount à HOMA

Paul Carvalho a passé 30 ans de sa vie dans Westmount avant de venir s’installer dans Hochelaga-Maisonneuve.

« En travaillant sur le projet, je suis tombé en amour avec le quartier. La Place Valois, le marché Maisonneuve, le parc Morgan… je trouve le tout très poétique, très beau. Mais, je n’ignore pas pour autant les problèmes de pauvreté et de prostitution dans le secteur », confie Paul Carvalho, qui vit maintenant dans un appartement de 700 pieds carrés, où son salon fait office de bureau.

La production de la série documentaire a amené le réalisateur à se promener un peu partout à Montréal. « C’est un peu un travail d’enquête. On visite les institutions, les musées, mais aussi les tiroirs des gens. De fil en aiguille, on trouve toujours quelque chose. C’est un travail de moine, mais aujourd’hui, nous avons beaucoup d’outils pour y arriver, dont internet et la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, qui est un endroit génial pour se documenter. »

En route vers le 375e

« La Main… et les autres » ainsi que « Le fleuve et son île » sont respectivement les deuxième et troisième parties du documentaire découpé en cinq parties, qui sera aussi diffusé sur les ondes de Radio-Canada, ARTV et Tout.tv. Le premier volet, « Le soleil se lève à l’est », qui relate de l’influence de la bourgeoisie francophone dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et des difficultés rencontrées par les résidents du coin à la suite de nombreuses fermetures d’usines, a été diffusé en 2012. La quatrième partie, « Autour de la montagne », qui parle bien entendu du Mont-Royal, sortira ce printemps, est présentement en montage. La série documentaire sera présentée dans son entièreté à Radio-Canada en 2017 dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal.

Vos commentaires
loading...