Publicité

PRIMEUR: Les vignettes de la discorde

Élus, Environnement, Transport, Vie de quartier
Conseil d'arrondissement de février 2015
Près de 80 citoyens de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve se sont déplacés pour assister à la réunion du conseil de février. (photo: Marie-Eve Cloutier)

La salle au sous-sol du bureau d’arrondissement était à sa pleine capacité ce soir (3 février) lors de la réunion du conseil. Malgré le froid, nombreux sont les citoyens qui sont venus manifester leur mécontentement par rapport à un projet pilote de vignettes de stationnement autour des stations de métro, projet qui n’a pas encore été formellement mis en place.

Même si le projet est toujours à l’étape des réflexions, tout porte à croire que les résidents de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve n’en veulent pas. Plusieurs ont évoqué des raisons de tranquillité et de qualité de vie en décidant de payer plus cher pour vivre sur l’île de Montréal, alors que ce projet permettrait aux banlieusards qui ont décidé de vivre à l’extérieur de venir envahir les rues de la métropole avec leurs voitures.

D’entrée de jeu, le maire Réal Ménard a dit être au courant des préoccupations de ses citoyens et a voulu les rassurer en leur disant qu’aucune décision n’a été prise concernant le projet de vignettes de stationnement. « Il s’agit d’une question de développement durable. Nous voulons encourager l’intermodalité, mais nous ne souhaitons pas être inondés des voitures provenant de l’extérieur », a-t-il ajouté.

Durant la période de questions, plusieurs résidents du village Champlain ont exprimé leur argument en défaveur du projet, dont un certain M. Riopel. « Comment le fait d’ajouter 500 places de stationnement va améliorer l’environnement en ville? Au contraire, il va y avoir plus de trafic », a-t-il souligné.

« Le jour, les rues sont complètement désertes où les panneaux le réclament. Nous voulons faire en sorte que plus de gens puissent prendre le transport en commun. Est-il préférable que les résidents qui partent de Rivière-des-Prairies jusqu’au centre-ville en voiture ou bien qu’ils prennent l’autobus à Honoré-Beaugrand? » a demandé le maire.

D’autres solutions possibles

Des citoyens présents à la réunion du conseil ont évoqué le fait qu’ils aimeraient mieux voir le transport en commun rejoindre les habitants de l’est de l’île plutôt que de les voir se déplacer en auto pour accéder aux stations de métro dans l’arrondissement.

En ce sens, certains ont voulu proposer d’autres solutions avant d’envisager le projet de vignette.

« Pourquoi ne pas utiliser le terrain à l’ouest de la place Versailles comme stationnement incitatif? Ou même le stationnement du centre d’achat, car il est vide le jour. Le stade olympique est vide le jour aussi » a suggéré Johanne Séguin.

M. Ménard a souligné que ces options mériteraient d’être considérées.

Vos commentaires
loading...