Publicité

Histoire, amour et courage

Histoire
Membres de Born and raised
Près de 40 membres étaient réunis le 7 mars pour un autre déjeuner de Born and raised. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le déjeuner du samedi matin du groupe Born and raised in Tétreautlville, hier matin (7 février), était sans doute l’un des plus émouvants vécus par les membres, qui ont pourtant l’habitude de la présence du fondateur, Robert Carrière, pour venir discuter de l’histoire du quartier.

En effet, M. Carrière, historien de Tétreaultville, dont la présentation n’est plus à faire, vit des moments difficiles. Ce n’est un secret pour personne: on lui a diagnostiqué, il y a presque deux ans, une maladie terminale. Mais, depuis l’année dernière, sa santé étant de plus en plus fragile, il avait besoin de transfusions de sang et de médicaments pour survivre. Son médecin estimait alors qu’il ne lui restait déjà pas beaucoup de temps à vivre. Et pourtant, il est toujours là!

Mais, cette semaine, à sa sortie de l’hôpital, Robert Carrière a créé une onde de choc au sein de sa petite communauté et aussi sur Facebook en annonçant aux membres de Born and raised que cette fois, il est, selon ses propres mots, «dans son dernier droit». C’est donc sans surprise que près de 40 personnes sont venues déjeuner ce samedi 7 mars afin de venir saluer leur ami, lui dire à quel point ils l’aiment, et lui souhaiter du courage en ces moments difficiles.

Gilbert Caron, administrateur du groupe Born and raised, a pris l’initiative de rassembler des mots d’encouragement dans une carte qui sera remise à M. Carrière. Robert Gingras, également administrateur, a livré un petit discours rempli d’émotion pour rappeler à M. Carrière que sa mémoire sera perpétuée par les membres du groupe, qui continueront à parler d’histoire encore très longtemps, non seulement lors des déjeuners du samedi, mais aussi sur Facebook, où anecdotes, photos et souvenirs du quartier continueront à être partagés.

Plusieurs chérissent également l’idée qu’une place publique soit nommée à la mémoire de Robert Carrière dans Tétreaultville, pour souligner le travail qu’il a accompli ces 20 dernières années.

Dans un discours bouleversant, Robert Carrière a remercié son entourage, s’est même permis quelques blagues envers ses plus proches collaborateurs, et a expliqué à quel point il adorait faire ses recherches historiques, même au crépuscule de sa vie. Pas de doute, l’historien occupe une place spéciale dans le coeur de son quartier et des ses habitants, qui n’oublieront pas son oeuvre.

Vos commentaires
loading...