Publicité

Infologis craint la disparition du programme AccèsLogis

Économie, Immobilier
Action Infologis
Les membres d’infologis ont suspendu une bannière au-dessus de l’autoroute 25 hier matin. (photo: Infologis de l’Est de Montréal)

Dans la foulée de la révision des programmes du gouvernement du Québec, Infologis de l’Est de Montréal est grandement préoccupé par le sort réservé à AccèsLogis, « le seul et unique [programme] au Québec finançant la construction de nouveaux logements sociaux », pouvait-on lire dans un communiqué envoyé aux journalistes suite à une action entreprise par l’organisme au-dessus de l’autoroute 25, hier matin (16 mars).

Infologis a en effet décidé d’installer une bannière sur laquelle on pouvait lire « Logement social compromis, faut sauver Accès-Logis » sur la passerelle de la rue Curatteau à 10 h lundi. « Il est primordial que le programme soit reconduit puisque le logement social représente la réponse pour de nombreux locataires ayant des besoins impériaux en matière de logement », explique Catherine Lussier, organisatrice communautaire à Infologis.

Action Infologis

(photo: Infologis de l’Est de Montréal)

« Bien entendu, on nous dit officiellement que le programme est en révision, sans plus. Mais, des rumeurs circulent. On entend aussi dire des choses qui ne sont pas rassurantes, par exemple que le programme pourrait revenir vers un financement complètement privé, car ce serait moins difficile à gérer. Parfois, on entend dire aussi que ce programme fournirait de l’aide à la personne au lieu d’être utilisé pour la construction de logements sociaux », ajoute Mme Lussier.

Une multitude de scénarios possibles

Face à toutes ces possibilités, Infologis a tenté d’obtenir une rencontre avec la députée d’Anjou-Louis-Riel, Lise Thériault, et le député de La Fontaine, Marc Tanguay, également président de la Commission de la santé et des services sociaux.

« Nous avons envoyé une lettre à ces deux politiciens pour les informer de notre situation. On nous a répondu qu’il n’était pas possible de rencontrer Mme Thériault, car elle est très occupée, mais elle serait sensible à notre problème. Quant à M. Tanguay, notre message est demeuré lettre morte », se désole Catherine Lussier.

Ce que l’organisme espère le plus, c’est surtout d’obtenir une ligne politique claire concernant le sort d’AccèsLogis lors du dépôt du prochain budget provincial d’ici une dizaine de jours. Le scénario idéal souhaité par Infologis serait que le gouvernement de Philippe Couillard maintienne le programme AccèsLogis et le bonifie de manière importante afin de permettre le développement de 50 000 nouveaux logements sociaux sur 5 ans. Le scénario catastrophe serait bien sûr l’abolition complète du programme.

« Même dans le pire des cas, on souhaite au moins que la construction de 3000 logements sociaux soit maintenue, même si c’est loin d’être suffisant. Sur ce total, environ 1000 logements reviendraient à la région de Montréal. Dans l’est de l’île, c’est environ 18 580 ménages locataires qui consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger. À Infologis, nous avons 250 ménages locataires qui sont inscrits pour tenter d’obtenir un logement social en coopérative d’habitation ou en organisme à but non lucratif », fait valoir Catherine Lussier.

Manque de logement locatif abordable

Alors que les condos poussent un peu partout, on construit très peu de nouveaux logements locatifs abordables selon l’organisatrice communautaire.

« Les condos répondent rarement aux besoins des grandes familles, même avec des revenus moyens, et encore moins aux familles monoparentales. Les coopératives d’habitation sont des endroits où ces personnes peuvent avoir un meilleur contrôle sur leur milieu de vie. Car lorsqu’une famille n’arrive pas à payer le loyer, elle coupe dans autre chose, soit l’alimentation, le transport en commun, les vêtements, les fournitures scolaires… tout devient un casse-tête », souligne Catherine Lussier.

Et pourtant, au-delà des impacts sociaux, l’investissement dans le logement social stimule aussi l’économie. Comme le souligne la Société d’habitation du Québec, chaque dollar investi dans le développement du logement communautaire représente un apport réel de 2,3 $ en activité économique.

« On espère vraiment qu’avec notre action d’hier matin les députés libéraux de l’est de l’île de Montréal, Lise Thériault et Marc Tanguay, s’engagent à plaider pour la reconduction d’AccèsLogis, tout comme pour le premier ministre, Philippe Couillard », conclut Mm  Lussier.

Vos commentaires
loading...