Publicité

Meurtre au château! (fin)

Histoire
Château Tait Tétreaultville meurtre 1914
Le château Tait était situé sur un terrain où habitait les pères Oblats, rue Notre-Dame, dans le parc Clément-Jetté. (Coll. Robert Carrière, BANQ)

Le 2 janvier 1914, le vieux château Tait, habité par deux Anglais solitaires, à Tétreaultville, est détruit par un incendie que l’on croit avoir été allumé par un ancien domestique. Le mobile du crime serait la vengeance. Voici ce que j’ai tiré des journaux du temps. Dernier d’une série de quatre textes publiés en autant de semaines.

1914 : Un crime a été commis dans le château Tait

L’enquête du coroner s’est terminée ce matin par un verdict accusant le gardien de la vieille maison d’avoir assassiné son compagnon.

L’un des principaux actes de la tragédie mystérieuse du château Tait à Tétreaultville s’est terminé ce matin, devant le coroner McMahon. Après l’audition des derniers témoins et un examen minutieux des faits, les jurés ont rendu un verdict de crime.

Trois accusations

Rickard, l’ancien gardien du château est accusé de meurtre, d’incendie criminel, et de faux. Quand aux restes calcinés sous les ruines du château Tait, il est indéniable, d’après les jurés, que ce sont ceux d’un jeune homme du nom de Rockberd qui vivait avec lui.

Les recherches faites par la police prétendent à croire que Rockberd aurait été assassiné avant que le feu ne soit mis à l’habitation. À la continuation de l’enquête de ce matin, les derniers témoins ont été entendus.

Les témoins

Adélard Brunelle habite au 4381, rue Notre-Dame, non loin du château Tait. Le témoin connaissait très bien les personnages qui y habitaient.

« Il y avait, dit-il, un vieillard que l’on ne connaît que sous le nom de “Pete”. On ne l’a plus revu depuis le 27 décembre dernier, c’est-à-dire trois jours avant l’incendie. »

« Il y avait aussi un jeune homme qui ne parlait que l’anglais et qui devait s’appeler Rockberd. Enfin, il y avait Rickard qui ne semblait pas posséder entièrement ses facultés mentales. »

La veille de l’incendie

La veille de l’incendie, Rickard se serait rendu chez le témoin et aurait loué une voiture-express pour aller chercher à la gare des valises appartenant à des personnes qui devaient venir passer les fêtes avec lui. La voiture-express lui fut ramenée vers 1h du matin. Le témoin déclare ne pas savoir si Rickard s’était fait accompagner en voiture.

L’avant-veille de l’incendie, M. Brunelle est entré dans la maison de Rickard. Il a vu Rockberd dans la cuisine. Jamais Rickard ne lui a parlé de danger d’incendie. D’après le témoin, la fournaise, qui se trouvait dans la salle à manger, était placée à environ 1 pied de la cloison en bois.

Le jour de l’incendie, Rickard a été vu par le témoin quelques heures avant le drame.

Un autre témoin

On entend ensuite Mme Morin, qui habite à côté du château Tait. Elle ne sait pas grand-chose du drame, étant à Montréal à ce moment-là. Rockberd est venu chez elle la veille pour changer un billet de 10 $.

Le samedi avant l’incendie, Mme Morin a aperçu Mme Tait accompagnée d’une fille, de Rickard et de Rockberd.

Les détectives

Les détectives Beauchamp et Gagnon, chargés de conduire l’enquête, viennent déclarer ensuite que Rickard a été revu pour la première fois le lendemain de l’incendie. Il était recherché pour faux.

Quant à Rockberd, il n’a jamais été retrouvé. Le coroner fait ensuite un exposé de l’enquête, et demande aux jurés de dire s’il y a eu crime et si les ossements retrouvés sont bien ceux de Rockberd.

Le verdict

Après dix minutes de délibération, les jurés viennent déclarer que les ossements trouvés dans les ruines du Château sont bien, d’après les rapports médicaux, ceux d’un homme que l’on doit croire être Rockberd. D’autre part, qu’il y a eu crime de la part de Rickard. Les détectives devront donc continuer leur enquête et rechercher Rickard.

Toujours le Château Tait

On se demande si Rockberd n’était pas une femme déguisée.

Le dernier mot n’est probablement pas dit dans le mystère du Château Tait de Tétreaultville. Le coroner a terminé son enquête, mais il reste toujours à établir l’identité de la victime dont les restes calcinés ont été trouvés dans la partie inhabitée de la maison.

Mme Tait est toujours sous l’impression que le cadavre est celui de Rockberd (Roxburg), qui vivait avec le gardien Rickard. Mais voici qu’une histoire étrange circule au sujet de la victime, Rockberd (Roxburg), va-t-on jusqu’à dire, était une femme déguisée sous des vêtements d’homme. Rickard était très réticent sur son compte et faisait en sorte d’empêcher Mme Tait et sa fille de le voir.

On base cette hypothèse sur le fait que Rockberd (Roxburg) était très habile à la couture et qu’il faisait également de la peinture. On n’ajoute pas trop foi cependant à ces racontars, d’autant plus que Rickard déclara souvent à Mme Tait et à ses amis, que Rockberd (Roxburg) était un tailleur de dames.

Mme Tait prend assez froidement les choses. Elle a décidé de reconstruire incessamment un « bungalow » sur les ruines de l’ancienne habitation, sans se préoccuper des sinistres présages que se plaisent à lancer les esprits superstitieux.

Qui identifiera le nègre mort à la Longue-Pointe?

Le 29 décembre dernier, un homme noir est mort de froid dans le Parc Dominion, à la Longue-Pointe. Malgré tous les soins, le malheureux ne put reprendre ses sens et depuis cette date, il est à la morgue, sans qu’aucun papier, ni indice, n’aient permis de l’identifier, des recherches furent même faites vainement parmi les nègres de Montréal. Une collecte faite parmi eux va pouvoir permettre d’enterrer le malheureux.

C’est M. L. Guay, du 1023, rue Saint-Antoine, qui s’est occupé de cette triste mission. Les personnes qui ont vu le cadavre à la morgue et qui pourraient aider la police à l’identification sont priées de fournir tous les renseignements qu’elles possèderaient.

(NDLR Est-ce le nègre qui avait perdu son travail au château Tait de Tétreaultville et qui avait dit qu’il se vengerait?)

Vos commentaires
loading...