Publicité

PRIMEUR: L’arrondissement s’excuse pour le projet de stationnement incitatif

Élus
Réal Ménard et Laurence Lavigne-Lalonde
L’arrondissement a annoncé dès le début du conseil qu’elle abandonnait le projet-pilote de stationnement incitatif sur rue. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Citoyens conseil d'arrondissement

La moitié des citoyens présents lors du conseil du 3 mars ont quitté la réunion après que le maire ait présenté ses excuses. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le maire Réal Ménard a tenu d’entrée de jeu à s’excuser auprès des citoyens de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve concernant la confusion entourant le projet-pilote de stationnement incitatif sur rue aux abords de stations de métro, lors de la réunion du conseil d’arrondissement ce soir (3 mars).

Les citoyens étaient tellement nombreux à s’être déplacés pour traiter du sujet que certains n’ont pas eu d’autre choix que de demeurer debout, jusque dans le couloir menant à la salle du conseil.

« Le projet n’ira pas de l’avant. Nous avions une préoccupation environnementale au départ, on voulait favoriser l’intermodalité, mais nous avons vécu un gros problème de communication avec le projet et l’on s’en excuse. Nous ne voulions pas laisser sous-entendre que les rues de l’arrondissement allaient être envahies par les gens de l’extérieur de l’île de Montréal », a d’abord mentionné Réal Ménard.

Il a enchaîné en assurant que le projet est complètement écarté des cartons de l’arrondissement afin de ne pas sacrifier la relation de confiance avec ses citoyens. « Il n’est pas question d’avoir toujours raison en politique, mais d’avoir la confiance des gens. J’espère que tout le monde est rassuré », a ajouté le maire sous les applaudissements des personnes présentes face à cette déclaration.

Confusion

Le projet-pilote de stationnement incitatif sur rue aurait dû débuter avec trois rues seulement, soit Lyall, Émile-Legrand et Beauclerck, entre Sherbrooke et Pierre-de-Coubertin, aux abords du métro Radisson.

Or, depuis que le conseil d’arrondissement a parlé des balbutiements du projet-pilote l’automne dernier, faute d’avoir plus de détails, le projet de vignettes de stationnement a pris des proportions démesurées dans la tête des gens. (Néanmoins, certains étaient en accord avec un tel projet, comme le démontre ces commentaires sur notre page Facebook).

« Nous avons vécu une situation frustrante lors du conseil d’arrondissement de février, car des citoyens nous interpellaient sur une réalité qui ne faisait pas partie de nos plans. Certains pensaient que l’entièreté des rues autour des stations de métro allait être disponible pour des vignettes de stationnement, alors que cela aurait pu représenter seulement 20 % de l’espace disponible. Autrement dit, à peine 100 places de stationnement auraient été disponibles à cet effet dans tout l’arrondissement. », explique Réal Ménard.

« Notre objectif était de mieux gérer le stationnement et non pas de permettre à plus de véhicules de venir s’installer autour des stations de métro. En ce moment, des gens viennent déjà se stationner à ces endroits de toute façon, vignettes ou pas. On voulait maintenir la quiétude sur ces rues, car d’autres citoyens venaient nous voir pour nous parler des problèmes de stationnement dans leur quartier et des automobilistes qui tournent en rond pour se trouver une place », renchérit Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve Longue-Pointe.

Une idée qui n’a pas abouti

Mme Lavigne-Lalonde a déploré le fait que le projet n’ait pas eu le temps d’arriver à maturité pour être présenté de manière officielle, dans une forme plus aboutie.

« On aurait voulu rencontrer les citoyens pour discuter avec eux du projet. Malheureusement, nous n’avons pas pu nous rendre à cette étape », a-t-elle indiqué.

Alors que le projet-pilote de stationnement incitatif sur rue est déjà chose du passé, il n’en demeure pas moins que le problème de stationnement aux abords des stations de métro reste, sans oublier que le stationnement incitatif de l’AMT au métro Radisson déborde.

Réal Ménard a mentionné que d’autres avenues suggérées par les citoyens pour faire face à ces problèmes allaient être envisagées, notamment l’utilisation d’espaces à la Place Versailles, de qui le maire attend un retour d’appel.

Vos commentaires
loading...