Publicité

La CDEST perd son mandat CLD

Économie
Capture d'écran www.cdest.org
Les CDEC, agissant pour la plupart à titre de CLD dans leur territoire, comme c’était le cas de la CDEST, avaient mené une campagne Jamais sans #monCLD l’automne dernier. (photo: capture d’écran www.cdest.org)

La Corporation de développement de l’Est (CDEST), qui agissait aussi à titre de Centre local de développement (CLD) sur son territoire, n’a plus la responsabilité de ce mandat à partir d’aujourd’hui, mercredi 1er avril.

En effet, le maire de Montréal, Denis Coderre, a décidé de réorganiser les 18 organisations qui jusqu’alors avaient le mandat de CLD (neuf CLD seuls et neuf CDEC + CLD) et de les regrouper en six territoires, après que le gouvernement du Québec ait évoqué la possibilité d’abolir les centres locaux de développement l’automne dernier.

Dans une note envoyée à ses membres, clients, partenaires et amis, dont le Journal de Mercier-Est a obtenu copie, la CDEST explique qu’un des six territoires ainsi formés, le Centre-Est, comprendra les arrondissements de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont-La Petite-Patrie et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. De plus, les entrepreneurs établis sur le territoire Centre-Est seront bientôt desservis par un nouvel organisme à but non lucratif qui prendra le mandat CLD. D’ici sa mise en place, ces personnes qui avaient recours aux services CLD de la CDEST doivent à partir de maintenant contacter la CDEC Rosemont – Petite-Patrie, puisque sont mandat CLD est temporairement prolongé jusqu’au 30 juin.

« Pas le meilleur scénario »

Rejointe au téléphone pour commenter la nouvelle, Francine Labelle, directrice générale de la CDEST, a souligné que ce dénouement n’était « pas le meilleur scénario » possible.

« Nous aurions voulu protéger le plus d’organisations. Nous nous sommes tous assis avec Denis Coderre pour discuter de la réorganisation du développement économique local à Montréal. Mais, le maire a fini par trancher, car il avait la tâche de le faire à la demande du gouvernement du Québec suite à la signature du dernier pacte fiscal », se désole Mme Labelle.

Création d’une « super CDEC »

Avec la réorganisation du développement économique local en six territoires, le Centre-Est se retrouve dans une situation particulière où trois CDEC avaient jusqu’à maintenant le mandat de CLD (la CDEC Centre-Nord, la CDEC Rosemont – Petite-Patrie et la CDEST).

« Afin de poursuivre nos autres programmes en dehors du mandat CLD, nous entreprendrons une démarche afin d’évaluer la possibilité d’un regroupement ou d’une fusion des trois CDEC », explique Francine Labelle. « On  formerait ce qu’on pourrait appeler une “ super CDEC  ” », ajoute-t-elle.

Un comité consultatif formé de deux exécutifs de chaque CDEC du Centre-Est et de leurs directeurs généraux sera formé pour évaluer cette possibilité. D’ici là, les services demeurent en place jusqu’à la fin juin environ. Même si la CDEST a la capacité d’accueillir les deux autres organismes chez elle, il n’est pas impossible que la nouvelle structure soit hébergée dans de nouveaux locaux.

Pour ce qui est des emplois, Francine Labelle souligne que tout sera mis en place pour tenter de préserver le plus possible l’expertise locale. « Des appels de candidatures seront affichés pour des emplois dans le nouvel OBNL avec mandat CLD qui sera formé, donc nos employés pourront y postuler. »

Vos commentaires
loading...