Publicité

Lettres pour mettre fin au racisme: Jean Z.

Histoire
Injustice
(photo: winnond – FreeDigitalPhotos.net)

Durant le Mois de l’histoire des noirs, qui a lieu chaque année en février, Chantal Poirier et Julie Beaulac, enseignantes à l’École Ste-Claire, ont demandé à leurs élèves de 6e année d’écrire une lettre ouverte afin d’exprimer leurs pensées en rapport avec le racisme, l’esclavage et les inégalités ethniques après en avoir discuté en classe.

Le Journal de Mercier-Est vous présente les compositions de ces élèves en publiant une lettre par jour, pendant 12 jours, en ordre alphabétique d’auteur.

Voici la sixième, par Jean Z. Pour consulter le dossier complet, cliquez ici


Salutations chers lecteurs,

 Aujourd’hui, je vais profiter du mois de février, le mois de l’histoire des Noirs, pour traiter d’un sujet bouleversant, le racisme. J’écris ce texte pour donner mes opinions sur cette action atroce dont plusieurs ont été victimes. Ceux-ci vivent, des fois, des souffrances mentales inimaginables. Malheureusement, ceux qui n’ont jamais été la cible de ce geste impardonnable, en général, n’ont aucune idée de ce que les souffre-douleurs ressentent. Bon, passons à présent à mes opinions.

Je trouve, premièrement, qu’il est illogique de juger une personne en se fiant sur la teinte de sa peau. Ils sont tous des humains, comme nous d’ailleurs. Ils ont tous une conscience, ils sont tout aussi intelligents et ils sont tous aussi gentils. Pourquoi les réprimander? Ils ne l’ont pourtant pas choisie, la couleur de leur peau. Bref, on peut définitivement dire que l’habit ne fait pas le moine!

Deuxièmement, à mon avis, ils ne méritent pas le moindrement de se faire crier des injures ou de se faire rejeter par certaines personnes remplies à ras bord de préjugés, car ils sont comme nous! Ils ne méritent pas non plus de se faire exploiter comme nos ancêtres l’avaient, jadis, si bien fait en utilisant les noirs en tant qu’esclaves.

Après tant d’années, nous venons à peine de reconnaître l’injustice qu’ils ont vécue, sans aucun répit. Ils se sont battus pour obtenir leurs libertés comme Martin Luther King, durant la ségrégation. Il y a peu de temps, ils étaient considérés hommes libres. Ceci était vrai. Ils avaient droit à l’éducation et aux soins, mais séparés des blancs. Il y avait des écoles pour blancs et des écoles pour noirs. C’était un geste ignoble de notre part de les séparer de nous, comme des déchets. Nous devrions avoir honte. Nous devons montrer aux jeunes d’aujourd’hui le respect, les actes et les conséquences.

Vos commentaires
loading...