Publicité

Quel sera le sort de l’église Saint-Victor?

Vie de quartier
L'église Saint-Victor
L’église Saint-Victor est située au 2505, avenue Hector. (photo: Les Badauds de Mercier-Est)

La rumeur court sur les réseaux sociaux : l’église Saint-Victor ainsi que son presbytère fermeraient leurs portes le 1er juin 2015 pour être ensuite démolis.

« Ce n’est pourtant pas dans les plans au moment où l’on se parle », a affirmé Lucie Martineau, directrice des communications au diocèse de Montréal, lorsque jointe au téléphone par le Journal de Mercier-Est.

« Il n’est pas prévu (sic) de fermer l’église Saint-Victor en date du 1er juin ni de la transformer en condos ou encore de la démolir. On ne nie pas que plusieurs églises ont du mal à arriver financièrement, et c’est peut-être de là d’où sont parties les rumeurs. On ne peut pas non plus [prédire l’avenir de cette église à long terme], mais pour l’instant, il n’est pas question de fermeture », a-t-elle ajouté.

De moins en moins achalandée

Pour certains, même si la rumeur est réfutée en date d’aujourd’hui, il ne s’agit que d’une question de temps.

Comme c’est le cas dans plusieurs églises, les paroissiens ne sont plus toujours au rendez-vous. Apparemment que seulement une vingtaine de personnes prennent part aux messes dans le lieu saint de l’avenue Hector.

Pour le curé François Baril, la précarité financière de Saint-Victor est préoccupante, mais il assure lui aussi qu’aucune décision n’a encore été prise concernant le sort l’église. « La fermeture n’est qu’une rumeur, il n’y a rien d’officiel. Nous allons d’ailleurs organiser une assemblée avec les paroissiennes et les paroissiens pour traiter de la situation d’ici peu », laisse entendre le curé Baril.

En plus des célébrations les samedis et les dimanches, l’église et son presbytère accueillent beaucoup d’organismes communautaires, comme l’aide alimentaire de Saint-Victor. « Si on vient qu’à prendre une décision plus officielle dans le dossier de l’église Saint-Victor, nous allons trouver un moyen pour assurer la continuité des services de ces organismes dont le rôle est si important dans la communauté. Mais, il est peut-être encore trop tôt pour parler de ces différents scénarios », estime François Baril.

Vos commentaires
loading...