Publicité

Zotique Poitras vend sa terre à Henri Archambeault

Histoire
Reproduction d'un autre contrat impliquant un autre Archambault, Louis, en 1896. (Coll. Robert Carrière - BANQ)
Reproduction d’un autre contrat impliquant un autre Archambault, Louis, en 1896. (Coll. Robert Carrière – BANQ)

En 1886, Henri Archambault achète une terre de Zotique Poitras, à la Longue-Pointe.

J’ai déniché le texte du contrat de vente aux Archives nationales du Québec. À l’époque, le contrat stipulait que le transport des articles de M. Archambault devrait être fait à partir du quai de Saint-Sulpice à Montréal par bateau à vapeur.

9 août 1886

Vente par Sieur Zotique Poitras à Sieur Henri Archambault

Ont comparu :

Zotique Poitras cultivateur en la paroisse de St-Sulpice, comté L’Assomption. Lequel à par les présentes reconnu et confessé avoir vendu cédé et assuré à sieur Henri Archambeault demeurant en la cité de Montréal, (NDLR : Henri Archambault n’avait pas encore loué la terre lot 399 à Longue-Pointe) ce acceptant savoir; tous les effets et articles qui suivent que ledit vendeur a dit lui appartenir.

La moitié de quatre pièces de bois debout (pièce : partie d’un lot de terre délimité) pour la somme de 40.00 $ piastres, argent légal; la moitié d’un arpent et demi de patate, moyennant 30.00 $ piastres, la moitié d’un arpent et demi de blé debout moyennant 16.00 $ piastres, la moitié d’une pièce et demie d’orge moyennant 15.00 $ piastres, la moitié de deux pièces d’avoine moyennant 105.00 $ piastres, la moitié d’une pièce de sarrasin moyennant 3.50 $ piastres, une jument de trois ans sous poil rouge moyennant 70.00 $ piastres, une voiture à quatre roues moyennant 18.00 $ piastres, une charrette à foin pour 18.00 $ piastres, un tombereau pour 9.00 $ piastres, un traîneau carré pour 5.00 $ piastres, une traîne pour 1.00 $ piastre, un autre traîneau pour 2.00 $ piastres, un attelage de travail pour 15.00 $ piastres, un harnais de buggy pour 3.00 $ piastres.

Le tout montant à la somme de $350 piastres et cinquante centins.

Lesquels dits grains, animaux et effets d’agriculture demeureront en la possession du dit vendeur.

Et ce sur demande du dit acquéreur de transporter le tout au quai de la paroisse de Saint-Sulpice sans indemnité, pour de là, les dits effets être transportés à Montréal par bateau à vapeur.

Vos commentaires
loading...