Publicité

Les conservateurs aident les plus riches à coups de milliards en hypothéquant le futur

Économie
Billets de 20$, 50$ et 100$
(photo: © stemanshots / Dollar Photo Club)

Le premier mai, Journée internationale des travailleurs et travailleuses, j’ai dénoncé le récent budget fédéral qui accroîtra, au fil des ans, l’écart financier séparant les gens les plus aisés du reste des autres citoyens.

L’augmentation du plafond des contributions aux comptes d’épargne libre d’impôt (CÉLI) et la politique de fractionnement du revenu des conservateurs coûteront des milliards de dollars à l’ensemble des contribuables. Ces mesures ne profiteront qu’à un petit nombre de personnes plus fortunées, représentant seulement 15 % de la population.

Encore une fois, le gouvernement conservateur a conçu un budget qui vise essentiellement sa clientèle électorale au lieu de prendre des mesures pour aider la majorité des citoyens à améliorer leur qualité de vie.  Les milliards de dollars en cadeaux qu’offrent les conservateurs aux plus riches représentent un risque pour le financement de nos services publics et de nos programmes sociaux de même que pour l’économie canadienne. Ce budget constitue un lourd fardeau pour les générations futures.

Une situation difficile pour plusieurs

Les familles, les gens seuls et les petites entreprises travaillent plus fort que jamais et ont de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts. Depuis 1980, le pouvoir d’achat réel des Canadiens et des Québécois des classes moyennes et à faibles revenus n’a pas vraiment progressé, contrairement à celui des plus riches de notre société.

Malheureusement, ce budget ne prévoit aucun investissement pour créer de bons emplois et développer nos régions. Il ne contient aucune mesure d’aide aux travailleurs touchant le salaire minimum ou ayant un emploi précaire, lesquels vivent toujours sous le seuil de la pauvreté.

Environnement et sécurité ferroviaire : des oubliés

Fidèles à leur idéologie, les conservateurs ne font rien pour l’environnement. Que dire de leurs « engagements » en matière de transport en commun? Dans les faits, l’argent ne serait disponible que dans deux ans… sous condition d’une participation du privé.  Tout un contraste avec la politique urbaine mise de l’avant par le NPD, laquelle prévoit un financement permanent, stable et prévisible pour le transport en commun.

Par ailleurs, je trouve inconcevable que, deux ans après la tragédie de Lac-Mégantic, le budget conservateur ne comporte aucune mesure concrète visant à assurer la sécurité ferroviaire alors que le transport des matières dangereuses va en s’accroissant.

Stephen Harper ne tient pas compter des besoins des provinces. Le budget confirme le plafonnement unilatéral du transfert fédéral en santé à 3 % par année. Ceci équivaut à une perte de 36 milliards en investissement en santé pour l’ensemble des provinces et territoires.

Un plan concret

Sous la direction de Thomas Mulcair, le NPD, propose des mesures concrètes pour réparer les dommages à l’économie et aux finances personnelles causés par Stephen Harper et son gouvernement.

Nous, les néo-démocrates, voulons créer de bons emplois, aider les familles et les aînés. Nous proposons un meilleur soutien aux petites entreprises et au secteur manufacturier, l’instauration d’un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure, le financement de services de garderie abordables et accessibles, la création des logements abordables de même que la protection et la bonification des retraites.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...