Publicité

Manifestation du 1er mai dans Mercier-Est

Vie de quartier
Manifestants
Plusieurs groupes communautaires et travailleurs ont pris part à la manifestation du 1er mai dans le quartier. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Alors que le centre-ville de Montréal est réputé comme l’endroit où toujours tout se passe, des organismes et travailleurs de Mercier-Est ont participé à la journée de manifestation du 1er mai, mais en demeurant dans le quartier.

À l’occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, un appel à la grève sociale avait été lancé en début de semaine par Infologis de l’est de Montréal, en partenariat avec Info-femmes. L’organisme invitait les autres regroupements communautaires à faire comme eux en fermant leurs portes le jour du 1er mai afin d’envoyer un message de mécontentement face aux mesures d’austérité du gouvernement libéral.

Lors de l’assemblée régulière des membres de Solidarité Mercier-Est le 29 avril, un tour de table a été fait afin de mesurer les impacts de l’austérité chez les différents organismes de Mercier-Est. Tous sont affectés de près ou de loin par les coupes budgétaires imposées par le gouvernement. SME avait par ailleurs obtenu un mandat de grève par ses membres cette journée-là afin de participer à la manifestation du 1er mai.

Tous ceux qui le désiraient pouvaient prendre part à un rassemblement sur le coup de midi au parc de la Promenade Bellerive. Outre les organisateurs de ce rassemblement, la Maison des Familles, la Maison des jeunes Le Chemin Faisant, l’Antre-Jeunes et le Carrefour des femmes d’Anjou étaient également présents.

Une soupe populaire a été servie et des organismes participants tenaient des kiosques d’information sur les effets de l’austérité. Sur place, il était possible de signer une lettre à envoyer à l’attention de la ministre de la Condition féminine, Stéphanie Vallée, ou encore au premier ministre, Philippe Couillard. Maka Kotto, député de Bourget, était sur place pour écouter et discuter avec les groupes et les personnes présentes.

Travailleurs mobilisés

Ailleurs dans le quartier, des travailleurs se sont également rassemblés devant leur lieu de travail pour manifester. C’est le cas notamment des employés du CHSLD Biermans-Triest et du Centre jeunesse de Montréal.

Près d’une cinquantaine des personnes — employés, professeurs et parents — des écoles Louise-Trichet et de La Vérendrye se sont aussi regroupées durant leur heure de dîner pour manifester au coin des rues Des Ormeaux et Sherbrooke. En plus des récentes coupes du ministère de l’Éducation, la convention collective des enseignants est arrivée à échéance le 31 mars dernier.

Vos commentaires
loading...