Publicité

Zone commerciale du Faubourg Contrecoeur: c’est reparti!

Économie
Le changement de zonage devra peut-être impliquer une consultation publique pilotée par l'Office de consultation de Montréal. Ce qui ajouterait de douze à dix-huit mois de délais au développement de la zone commerciale. (photo: Stéphane Desjardins)
Le changement de zonage devra peut-être impliquer une consultation publique pilotée par l’Office de consultation de Montréal. Ce qui ajouterait de douze à dix-huit mois de délais au développement de la zone commerciale. (photo: Stéphane Desjardins)

L’entente obtenue en cour aujourd’hui (vendredi 8 mai) relance dès maintenant le développement de la zone commerciale du Faubourg Contrecœur.

Mais les résidents du Faubourg et des quartiers environnants de Mercier-Est, Montréal-Est et Anjou devront encore s’armer de patience. Car les autorités de l’arrondissement se sont engagées à changer le zonage du secteur, qui ne permet pas l’installation d’un supermarché d’assez grande taille selon les normes commerciales en vigueur. Depuis des mois, le maire Réal Ménard répète qu’un tel changement entraîne des délais, notamment liés à la consultation publique et aux différentes étapes administratives. Si l’arrondissement va de l’avant avec un changement de zonage, il faudra plusieurs mois avant que l’on voit la machinerie lourde s’activer sur le terrain. On peut donc douter du lancement du chantier en 2014.

Chose certaine, le maire Ménard s’était engagé à respecter les demandes répétées des résidents du Faubourg, qui tiennent à un supermarché d’alimentation. Il nous a été impossible d’obtenir ses commentaires au moment de publier cet article.

Par contre, du côté de la Société d’habitation de Montréal (SHDM), la porte-parole, Leslie Molco, nous a indiqué que l’entente permettait à la société Sobeys de prendre possession immédiatement du terrain. « Ils ont promis de soumettre un projet dans les meilleurs délais possible », a-t-elle répété au Journal de Mercier-Est. Mais Mme Molco n’a pas pu préciser le délai en question.

« C’est une très bonne nouvelle! Avec cette entente, la SHDM reprendra le plein contrôle de ses projets d’habitation au Faubourg Contrecœur et met un terme à tous les contrats qui la liaient légalement à Construction F. Catania. Qui plus est, cette entente mettra aussi un terme à tous les litiges qui ralentissaient le développement du site, en plus de récupérer en totalité les sommes avancées pour sa mise en valeur », a commenté, par voie de communiqué, Johanne Goulet, directrice générale de la SHDM.

« Les véritables gagnants dans cette entente sont les résidents du Faubourg Contrecœur qui n’auront plus à craindre que le développement du projet ne soit freiné par les litiges concernant Construction F. Catania. » La SHDM obtiendra donc des terrains et des compensations financières qui lui permettront d’agir et de contribuer à la finalisation du projet résidentiel Contrecœur selon son plan de développement initial », poursuit Mme Goulet.

La suite

L’arrondissement prévoit tenir une assemblée publique de consultation en juin sur le développement du Faubourg Contrecœur. Le maire Réal Ménard y sera, de même que les dirigeants de la SHDM. Les différentes étapes et délais de développement du Faubourg y seront expliqués en détail. Le lieu et la date de cette rencontre doivent être confirmés dans les prochaines semaines.

« Il reste quelques étapes juridiques et bureaucratiques à régler avant de préciser ce genre de choses », explique Leslie Molco.

D’ici là, une rencontre citoyenne organisée par la Maison des familles de Mercier-Est visant les citoyens du Faubourg Contrecœur est prévue pour le 25 mai prochain, au CLSC Mercier-Est – Anjou (angle Sherbrooke et Contrecœur): comme nous l’annoncions cette semaine. Cette rencontre portera spécifiquement sur les services réclamés par les familles habitant le Faubourg, mais la question du développement de la zone commerciale sera inévitablement abordée.

Précisons que l’entente obtenue en cour aujourd’hui prévoit la rétrocession à la SHDM d’un terrain situé au nord de la zone commerciale, entre la rue Contrecœur et la carrière Lafarge, juste au sud du parc Carlos-d’Alcantara. Mme Molco nous a indiqué qu’il est peut-être question d’y implanter une école, un CPE ou une institution à vocation communautaire. La vocation de ce terrain sera précisée à l’assemblée de juin.

Le développement commercial, où Sobeys devrait ériger un supermarché, s’étendra au sud, jusqu’à la rue Sherbrooke. Sobeys est une filiale de la société Empire, dont le siège est à Stellarton, en Nouvelle-Écosse. Sobeys compte 1500 magasins au pays et emploie 125 000 personnes. Ses bannières les plus connues au Québec sont IGA, Rachelle-Béry, Sobeys et Bonichoix. Elle gère aussi le marché Tradition situé rue Sherbrooke, devant le siège de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), dont le sort est incertain advenant le développement d’un supermarché dans le Faubourg Contrecœur.

L’entente obtenue aujourd’hui en cour prévoit aussi le développement d’un terrain situé derrière l’immeuble de la CSQ, par le Groupe Maurice, qui y érigera une résidence pour personnes âgées. Cette société s’est aussi engagée à soumettre un projet à l’arrondissement dans les meilleurs délais possible.

Enfin, la SHDM annonce le lancement prochain de deux nouvelles phases de condominiums comportant 200 unités « abordables », vraisemblablement situées rue Contrecœur, de part et d’autre de la rue Myra-Cree. Il y a quelques semaines, la coop Fusion Verte lançait son chantier de 247 unités, angle de Grosbois et Contrecœur.

Vos commentaires
loading...