Publicité

À quoi ressemblera le Chez-Nous dans 10 ans?

Vie de quartier
Léo Fortin, directeur général du Chez-Nous, avec des membres de l'organisme.
Léo Fortin, directeur général du Chez-Nous, avec des membres de l’organisme. (photo: Chez-Nous de Mercier-Est)

Le Chez-Nous de Mercier-Est, qui célèbre ses 30 ans d’existence cette année, a un nouveau directeur général depuis le mois de mars dernier. Le Journal de Mercer-Est s’est entretenu avec Léo Fortin quelque temps après son arrivée.

Retraité du réseau public à l’âge de 60 ans, Léo Fortin, dont le dernier poste a été celui de directeur du soutien à l’intégration sociale à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, a profité de sa retraite à peine un peu plus d’un an avant de décider de revenir au travail. Cette fois-ci, c’était pour aller à la rencontre du milieu communautaire.

« Il y a plus de 30 ans, j’ai travaillé comme directeur d’un centre de transition pour ex-détenus. Par la suite, j’ai occupé un poste de conseiller en déficience intellectuelle et en santé mentale à la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal à l’époque. Dans mon parcours, j’ai eu la chance de travailler pendant quatre ans en coopération internationale ce qui m’a amené à voyager en Amérique du Sud, en France et en Belgique. J’ai par la suite travaillé quelques années pour le gouvernement du Québec avant de revenir dans le domaine de la santé mentale en occupant un poste de direction à l’Hôpital Louis-H. Lafontaine », raconte Léo Fortin.

De ses propres mots, l’expérience de directeur d’un organisme comme le Chez-Nous occasionne un certain « clash de clientèle ». « Le milieu institutionnel d’où je viens est très différent. Ici, on rit et on s’amuse. Nous sommes des intervenants de première ligne et je réalise à quel point le communautaire est un maillon extraordinaire », fait valoir M. Fortin.

Concilier les attentes

Avec ses 30 printemps, quels genres de défis attendent le Chez-Nous selon le nouveau directeur?

« Nos membres, nos employés, nos bailleurs de fonds, tous ont leur vision de ce que doit être le Chez-Nous. Il faut donc arriver à concilier leurs attentes. Cela va passer dans un premier temps par une planification stratégique qui nous permettra de constater si nous avons les bonnes procédures et les bons moyens déjà en place dans l’éventualité où nous aurions des comptes à rendre », explique Léo Fortin.

Ceci est d’autant plus vrai en contexte de réduction budgétaire et de réorganisation que connait de manière générale le milieu communautaire. Mais, pour le directeur, il ne s’agit que d’une raison de plus pour travailler ensemble : « Les organismes communautaires doivent être solidaires entre eux. Nos aînés ne sont pas venus au monde aîné. Un jour ou l’autre, on passera par là. Si l’on connait des réductions budgétaires, cela implique que chaque organisme fasse plus, mais avec moins. Raison pour laquelle on doit travailler ensemble. Et dans le quartier, nous sommes chanceux de pouvoir compter sur Solidarité Mercier-Est », est d’avis le directeur du Chez-Nous.

Penser à l’avenir

Afin d’aller encore plus loin dans la mission du Chez-Nous, Léo Fortin souhaite que la gestion du centre devienne moins centralisée et plus participative.

« Nos employées travaillent en réalité comme de vraies coordonnatrices. Je crois qu’il serait intéressant pour le personnel de les amener à gérer leur projet, même pour ce qui est de l’aspect financier. Je ne suis pas obligé de tout gérer seul! » explique le DG.

Le Chez-Nous a également engagé ce printemps un nouvel employé qui se consacrera au développement du milieu de vie pour ses membres. Sans oublier les bénéficiaires du Chez-Nous, c’est-à-dire les aînés à l’extérieur du centre qui peuvent avoir besoin des services d’entraide et de transport, entre autres, offerts par l’organisme. À ce sujet, Léo Fortin a déjà rencontré l’équipe du nouveau CIUSSS (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux) de l’est de l’île de Montréal, afin de vivre un arrimage harmonieux avec la nouvelle structure en demandant la reconnaissance d’un intervenant de liaison au CIUSSS pour les activités de prévention, de référence et de soutien avec les aînés du Chez-Nous.

Pour souligner les 30 ans de l’organisme, le Chez-Nous devrait organiser une série d’activités. « Une chose est sûre, ces activités seront par et pour nos membres », conclut Léo Fortin.

Vos commentaires
loading...