Publicité

Club de lecture: L’amour, l’amour, l’amour

Culture
magasin general

Voici les suggestions de notre Club de lecture cette semaine!

Encore une fois, nous avons demandé à quelques personnalités et à la bibliothécaire du quartier, ainsi qu’aux membres de notre équipe, de suggérer des titres qui les ont séduits, et de nous dire pourquoi, en quelques mots.

N’hésitez pas non plus à nous faire part de vos suggestions sur notre page Facebook, car nous publierons dorénavant à chaque trois semaines!

Roman

delerium

Suggestion de Catherine Belleau, bibliothécaire à la bibliothèque Mercier.

Délirium, de Lauren Oliver. Hachette. 2012-2013. 3 tomes. cote : OLI – Collection jeunes adultes

J’ai lu cette remarquable série durant mes vacances d’été 2013. Elle fait partie de notre collection jeunes-adultes et s’adresse à un large éventail de lecteurs, pouvant être autant appréciée des adolescents que des lecteurs plus matures. Cela dépend, évidemment, des intérêts de chacun.

Délirium est une dystopie passionnante. Le personnage principale Lena vit à Portland dans le Maine. Elle fait partie d’un monde où l’amour y est interdit et même considéré comme un virus, « l’amor deliria nervosa ».  Tous les jeunes doivent, à leur majorité, subirent une opération du cerveau pour être immunisés.  Le premier tome met en place les personnages : Lena dont la mère s’est suicidée vit chez sa tante Carol et partage son existence avec sa meilleure amie Hanna. Elle fera la rencontre d’Alex, un garçon très mystérieux qui bouleversera tout son univers et l’entraînera hors des limites permises par le gouvernement totalitaire en place . L’intrigue est très bien ficelée et pleine de rebondissements. Les trois tomes sont excellents. Lauren Oliver a su créer un monde imaginaire unique. Bonne lecture d’été…

Bande dessinée

Suggestion de Stéphane Desjardins, éditeur

Magasin général, de Loisel & Tripp, Casterman

Fabuleuse série de neuf albums, dont le cycle se termine avec « Notre-Dame-des-Lacs», la série Magasin général s’est rapidement hissée parmi les incontournables de la bande-dessinée francophone. Les auteurs, qui ont résidé au Québec, racontent l’histoire fictive d’un petit village de Charlevoix dans les années 1920. L’intrigue est campée surtout autour de Marie, une jeune veuve qui tient le magasin général du village, et qui doit composer avec son deuil mais aussi les réalités d’être une femme dans une société très traditionnelle et patriarcale. Au fil du temps, marie va se transformer grâce à de nouvelles amitiés, ainsi que son village, qui doit absorber les bonnes comme les mauvaises nouvelles et, surtout, la modernité, qui rejoint le Québec jusque dans ses campagnes les plus reculées. Le dessin est une véritable oeuvre d’art, le propos est succulent et la langue juste assez ponctuée d’expressions typiquement québécoises pour  rendre la lecture encore plus captivante. Vous ne serez plus capables d’arrêter de lire, je vous le garantis…

Littérature jeunesse

Suggestion de Ganaëlle Roberge, intervenante en éveil à la lecture et au langage de la Maison des Familles de Mercier-Est

Je suis le plus gros de l’océan, par Kevin Sherry, éditions Scholastic, 2010.

Voici un livre coloré et rafraîchissant à lire avec votre enfant cet été. Un calmar géant affirme être le plus gros de l’océan jusqu’à ce qu’il fasse une rencontre inattendue…! L’auteur-illustrateur joue avec le concept d’être plus gros que… notamment en dessinant le calmar de façon à ce qu’il dépasse du cadre des doubles pages pour signifier l’étendue de sa grandeur. La structure répétitive du texte et la gradation des comparaisons dynamisent l’histoire et amusent le lecteur : le calmar se vante même d’être plus gros que le code à barres sur la 4e de couverture! L’album contient très peu de texte laissant ainsi beaucoup d’espace pour improviser et décrire le contenu des illustrations. Cela pourrait être amusant de demander à votre enfant de vous raconter l’histoire dans ses propres mots en s’inspirant des images. Les enfants de 2-3 ans et plus adorent ce livre! Il est disponible à la Bibliothèque Mercier dans la section « Jeunes – livres d’images » sous la cote SHE.

Classique

Suggestion de Stéphane Desjardins, éditeur

Lettres de mon moulin, d’Alphonse Daudet

Une vraie lecture d’été. Ça se dévore en quelques heures, surtout avec une bonne boisson froide, à l’ombre, quand il fait très, très chaud. Car c’est écrit en Provence et ça parle de la Provence. Dès les premières lignes, on est plongé dans un univers savoureux, merveilleux, attachant, brillant, poétique. Ce recueil de nouvelles provençales, écrites avec Paul Arène entre 1866 et 1869, est probablement le livre le plus connu de l’auteur. On y découvre les odeurs et les paysages de Provence, ainsi que des personnages attachants, comme ce curé gourmand, des voyageurs en diligence, un poète, un berger, un amoureux, des douaniers paresseux ou une femme légère… L’auteur a vraiment logé dans un moulin, celui de Fontvieille, qu’il avait projeté d’acheter, ce qu’il n’a jamais fait. Mais il s’y ressourçait en écoutant le chant des cigales et en observant le soleil hivernal descendant dans les collines. Exactement le genre d’atmosphère qu’on savoure, page après page, avec le sourire aux visage.

Vos commentaires
loading...