Publicité

Dindon urbain

Environnement, Vie de quartier
Dindon sauvage
L’oiseau de 110 à 120 cm de longueur peut peser de 7,7 à 9,5 kg chez les mâles et 3,6 à 5 kg chez les femelles. (photo: Courtoisie)

Un dindon sauvage a été aperçu dans Mercier-Est il y a environ deux semaines, près de l’École Saint-Louise-de-Marillac, située au 8100, rue de Marseille.

TVA Nouvelles rapportait que des résidents d’Ahuntsic et de Villeray ont aussi vu le « gros oiseau » dans leur secteur il y a un mois. Peut-être s’agit-il de la même bête qui continue à visiter la métropole, comme on peut le voir sur cette vidéo, envoyée par un lecteur au Journal de Mercier-Est :

On peut voir l’animal picosser au sol, sûrement à la recherche de nourriture. Omnivores, les dindons sauvages mangent un peu de tout, comme des noix, des glands, des faînes, des graines, des fruits, des feuilles, des bourgeons, des champignons, des racines, et même jusqu’à des vers de terre, de petits reptiles et des amphibiens, peut-on lire sur le site internet d’Espace pour la vie.

Son habitat se limite plutôt au sud du Québec, puisqu’on retrouve surtout le dindon sauvage dans les forêts de chênes et de caryers de l’est des États-Unis. Il est donc plutôt rare de les croiser à Montréal!

On oublie souvent que des animaux sauvages habitent en ville parmi nous. C’est le cas notamment au parc Thomas-Chapais, où des lièvres avaient été vus en mars 2014. Les bêtes avaient, semble-t-il, été remarquées par des braconniers également. L’automne dernier, un coyote a été aperçu près du jardin communautaire Dupéré et plusieurs ont aussi déjà croisé la famille de renards au parc de la Promenade Bellerive.

Si vous apercevez la volaille dans votre secteur, il est recommandé d’en faire le signalement à l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...