Publicité

Où s’en va le Faubourg Contrecoeur?

Économie, Environnement, Immobilier
Assemblée d'information portant sur l'avenir du Faubourg Contrecoeur, église Saint-Justin.
Environ 130 personnes se sont déplacées à l’assemblée d’information portant sur l’avenir du Faubourg Contrecoeur. (Photo: Stéphane Desjardins)

Les nouvelles sont bonnes pour le développement du Faubourg Contrecœur. Mais il faudra faire preuve de patience.

Jeudi dernier (18 juin), les élus de l’arrondissement tenaient une séance d’information à l’église Saint-Justin. Plusieurs représentants de la Société d’habitation de Montréal (SHDM) et ceux de Lafarge (v. autre texte) sont venus répondre aux questions des citoyens.

Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve, agissait comme maître de cérémonie et modérateur. Il a présenté Richard Celzi, conseiller de Tétreaultville, et Émilie Auclair, directrice générale de Solidarité Mercier-Est, avant de passer le micro à la directrice générale de la SHDM, Johanne Goulet. Cette dernière est revenue sur les négociations entre la SHDM et le liquidateur de Construction F. Catania, qui ont permis une décision en Cour supérieure concernant l’avenir du Faubourg.

« Outre la libération du terrain où se construit actuellement la coopérative d’habitation Fusion Verte, au sud de la rue de Grosbois, angle Contrecœur, qui s’est conclue fin 2014, nous avons fait des gains importants, a-t-elle dit. Nous avons aussi obtenu, pour un dollar, un terrain de 100 000 pieds carrés situé au nord de la zone commerciale, en bordure du parc d’Alcantara, pour éventuellement y ériger un projet communautaire, probablement une école. Nous avons aussi obtenu de la société Sobey’s qu’elle s’engage rapidement dans le développement de la zone commerciale. Nous sommes aussi tombés d’accord avec le groupe Maurice pour qu’il développe le plus rapidement possible un projet de résidence pour personnes âgées. »

« En quatrième lieu, nous avons obtenu une compensation financière qui nous permettra de lancer d’autres projets immobiliers, ailleurs dans l’arrondissement, en achetant de nouveaux terrains, a-t-elle repris. Enfin, nous avons obtenu une compensation de quatre millions de dollars pour terminer les travaux d’infrastructure dans le Faubourg (asphaltage de la dernière couche, signalisation, trottoirs…). Ces négociations ont été longues et complexes, mais nous sommes très heureux du résultat. »

M. Ménard et Mme Goulet ont donc confirmé que le développement de la zone commerciale est déjà en route. L’arrondissement attend un plan de Sobey’s, qui en devient maître d’œuvre. Il faudra ensuite négocier le nombre de places de stationnement, consulter la population sur un amendement au règlement de zonage, adopter l’amendement au conseil d’arrondissement, le faire voter au conseil de la Ville de Montréal, établir les plans et devis… Dans les circonstances, le chantier ne sera pas lancé avant l’automne 2016… s’il n’y a pas d’embûche.

Un délai qui a déplu à de nombreux citoyens. « Je vous promets que nous allons travailler avec acharnement pour faire avancer ce dossier le plus rapidement possible. La bonne nouvelle, c’est que les problèmes juridiques avec Catania sont chose du passé », a dit le maire.

Le trafic automobile

Mme Goulet a expliqué que la SHDM va aussi lancer le développement des deux derniers îlots où sont prévus des immeubles en copropriété, sur la rue Contrecœur, de chaque côté de la rue Myra-Cree. On parle ici d’immeubles de six étages avec ascenseurs (le zonage permet jusqu’à huit étages).

Quant au prolongement de la rue Duchesneau vers Sherbrooke, demandé avec insistance par de nombreux citoyens pour désengorger l’intersection Contrecœur/Sherbrooke, les élus ont confirmé que l’arrondissement venait de reconduire une réserve foncière sur un terrain appartenant à Catania, à l’ouest de l’immeuble de la Centrale des syndicats du Québec. Toute forme de développement est ainsi « gelée » pour encore un an et demi.

« Pour le moment, rien ne permet de croire que la rue débouchera sur Sherbrooke, a insisté Richard Chelzi. Nos études démontrent que le trafic actuel, avec 300 véhicules par jour dans les deux directions sur Contrecœur, n’est pas assez important pour justifier l’allocation de plusieurs millions de dollars à la construction de ce bout de rue. Il faudrait un trafic entre 800 et 1200 véhicules, ce qui serait très surprenant dans l’avenir, malgré le développement prévu. » Les élus ont réitéré cette position plusieurs fois, devant l’insistance du public. Ils ont aussi promis de revoir la synchronisation du feu de circulation, angle Sherbrooke et Contrecœur.

Les citoyens se réjouissent des développements annoncés, mais craignent leur effet sur le stationnement, déjà engorgé dans le secteur. Les immeubles à condo, la résidence pour personnes âgées (entre 300 et 400 unités) et les trois immeubles de la coopérative Fusion Verte ajouteront des centaines de voitures au parc automobile local. « La conception de ces projets est adéquate quant au nombre de places de stationnement, a répondu le maire. Vous comprendrez qu’on ne peut étirer les rues pour satisfaire la demande, qui croît sans cesse… »

Une école?

L’annonce du terrain à vocation communautaire, juste au sud du parc d’Alcantara, a réjoui les citoyens. Sa surface de 100 000 pieds carrés sied à une école qui accueillerait entre 450 et 500 enfants. Mais les élus et les représentants de la SHDM ont insisté sur le fait qu’il ne s’agissait que d’une hypothèse. Un CPE est aussi très attendu dans le Faubourg.

Vos commentaires
loading...