Publicité

9 problèmes de sécurité urbaine dans le Faubourg Contrecoeur

Transport, Vie de quartier
La limite de vitesse indiquée sur ce tronçon de la rue Contrecoeur a beau être de 30 km/h, certains usagers de la route circulent bien au-delà de cette vitesse, selon des membres du Comité citoyen du Faubourg Contrecoeur.
La limite de vitesse indiquée sur ce tronçon de la rue Contrecoeur a beau être de 30 km/h, certains usagers de la route circulent bien au-delà de cette vitesse, selon des membres du Comité citoyen du Faubourg Contrecoeur. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Une marche exploratoire a été organisée par Tandem Mercier–Hochelaga-Maisonneuve en réponse à des inquiétudes des membres du Comité citoyen Faubourg Contrecoeur afin d’identifier les problèmes reliés à la sécurité urbaine dans le quartier, le 6 juillet dernier.

« Il existe des principes de base pour qu’un aménagement soit sécuritaire. Dans un premier temps, on doit pouvoir savoir où nous sommes, voir et être vu, et pouvoir entendre et être entendu. Il faut aussi déterminer si nous pouvons obtenir facilement de l’aide. L’environnement doit être propre et accueillant. Finalement, il faut aussi apprendre à vivre ensemble, entre voisins », explique Nilson Zepeda, conseiller en sécurité urbaine chez Tandem MHM.

Voici une liste non exhaustive des irritants en matière de sécurité urbaine identifiés par les participants.

1) L’étang à couleuvre

À l’extrême nord du parc Carlos d’Alcantara se trouve un étang à couleuvres (rebaptisé le « spa à couleuvres » par certains!). Ce milieu naturel a dû être créé suite à l’aménagement du Faubourg Contrecœur. Asséchées à cette période de l’année, les eaux stagnantes qu’on y retrouve le reste de l’année inquiètent un peu certains citoyens, surtout car il n’est pas indiqué que ce milieu naturel est une aire de nidification pour ces serpents. Une affiche serait donc appropriée pour indiquer ce que contient ce marais.

Étang à couleuvres (à sec)

(photo: Marie-Eve Cloutier)

2) Le manque de signalisation routière au sol

Même si une deuxième couche de bitume est à venir dans le Faubourg Contrecœur, le manque de signalisation routière est problématique à certaines intersections, comme ici, angle Rousseau et de Contrecœur. Notons l’absence de ligne d’arrêt et de passage pour piétons, juste devant le parc Carlos d’Alcantara qui est très fréquenté par les familles du secteur.

D’autres personnes ont aussi indiqué qu’elles aimeraient voir des mesures d’apaisement de la circulation sur cette rue, comme des balises indiquant la priorité aux piétons au centre de la route, puisque la limite de 30 km/h serait rarement respectée à cet endroit.

Intersection Contrecoeur et Rousseau

(photo: Marie-Eve Cloutier)

3) L’éclairage

Certaines lampes des lampadaires sont à remplacer et d’autres infrastructures sont endommagées, comme celle-ci, près du terrain de soccer du parc.

Lapamdaire endommagé

(photo: Marie-Eve Cloutier)

4) Le manque de bateaux de pavé sur le chemin de l’allée Norman McLaren

L’aménagement de l’allée Norman McLaren, qui traverse le quadrilatère des rues de Contrecœur, Jean Pierre Ronfard, Duchesneau et Myra-Cree, est presque terminé. Le seul hic, c’est que les trottoirs fermant l’allée menant jusqu’au chalet du parc Carlos d’Alcantara n’ont pas de bateau de pavé.

Bateau de pavé

(photo: Marie-Eve Cloutier)

Du côté du parc, on peut voir que le trottoir est abaissé, ce qui facilite l’accès au parc pour les piétons et particulièrement pour les personnes à mobilité réduite.

Bateau de pavé

(photo: Marie-Eve Cloutier)

Ces enfants qui revenaient du parc ont dû descendre de leurs vélos pour remonter sur le trottoir.

Enfants qui enjambent le trottoir

(photo: Marie-Eve Cloutier)

Une autre famille a carrément décidé de marcher dans la rue pour accéder au prochain bateau de pavé, plus loin.

Famille qui préfère traverser plus loin

(photo: Marie-Eve Cloutier)

5) Trottoir privé pas si privé

Quoique ce problème se situe plutôt sur le domaine privé que le domaine public, des membres du comité citoyen trouvent dommage que des habitants du Faubourg se servent des accès privés pour les résidences comme trottoir pour circuler. De plus, l’aménagement ne semblait pas sécuritaire aux yeux de certains, puisqu’il serait facile de tomber au rez-de-chaussée, comme on le voit sur cette photo, faute de muret. D’autres résidents ont vu leurs aménagements floraux être saccagés, sans doute par des passants.

Trottoir privé

(photo: Marie-Eve Cloutier)

6) Stationnement illégal

Le code de la sécurité routière stipule qu’on ne peut immobiliser son véhicule à moins de cinq mètres d’une intersection. Cette voiture est donc stationnée de manière illégale. Cependant, les membres du Comité citoyen du Faubourg Contrecœur ont rarement vu des policiers donner des contraventions à ce sujet dans le secteur.

Voiture mal stationnée

(photo: Marie-Eve Cloutier)

7) Intersection problématique

L’intersection des rues de Grosbois et Duchesneau est dangereuse selon l’avis de plusieurs. Elle serait plus sécuritaire si les voitures devaient s’arrêter aux quatre coins de l’intersection et non juste dans l’axe de Duchesneau. Certains automobilistes vont même faire un arrêt sur de Grosbois, alors qu’il n’y en a pas, puisque cela semble naturel, ce qui peut représenter un autre problème.

Intersection Duchesneau et de Grosbois

(photo: Marie-Eve Cloutier)

Intersection Duchesneau et de Grosbois

(photo: Marie-Eve Cloutier)

8) Champ fleuri

Les fleurs sauvages, c’est bien joli… mais parlez-en à ceux qui souffrent d’allergie au pollen et aux graminées. De plus, il est impossible de voir ce qui pourrait s’y cacher. Sans compter que les hautes herbes de la zone commerciale du Faubourg Contrecœur finiront bientôt par cacher les panneaux de signalisation dans ce secteur en plus d’empiéter sur le trottoir!

Longues herbes

(photo: Marie-Eve Cloutier)

9) Temps de feu de circulation trop court

Il n’est pas évident de sortir du Faubourg Contrecœur le matin, durant l’heure de pointe. Le feu vert à l’intersection de la rue Sherbrooke ne dure que 10 secondes, top chrono, soit l’équivalent de trois ou quatre voitures à peine (si personne n’est distrait), causant de la congestion. Le feu pour piéton dure quant à lui 20 secondes, ce qui est insuffisant pour les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite voulant traverser la route. Une situation maintes fois dénoncée par les citoyens du secteur, notamment lors des assemblées d’informations du 29 janvier et du 18 juin dernier. Le conseiller de Tétreaultville, Richard Celzi, a promis d’y voir.

Feu de circulation Sherbrooke et Contrecoeur

(photo: Marie-Eve Cloutier)

Suite à la marche exploratoire du 6 juillet, Tandem MHM résumera en un document tous les problèmes observés dans le quartier afin de remettre cette liste aux élus à l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...