Publicité

Des citoyens craignent de voir leurs arbres disparaître

Élus, Environnement
Les arbres à abattre sont marqués de peinture orange.
Les arbres à abattre sont marqués de peinture orange. Une douzaine de frênes seront coupés sur la rue Saint-Donat. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Alors que l’agrile du frêne continue de faire des ravages, des citoyens préoccupés par les arbres marqués pour être coupés sur leur rue sont venus faire part de leurs craintes lors du dernier conseil d’arrondissement avant les vacances d’été mardi soir (7 juillet).

Un résident de la rue Saint-Donat a remarqué que plusieurs arbres dans sa rue sont marqués, alors que seulement trois frênes ont été analysés pour détecter la présence de l’insecte, selon ses observations.

« Sur Saint-Donat, j’ai compté 19 points rouges. Cela représente environ 85 % des arbres sur la rue. On ose croire que ce ne sont pas tous les arbres qui sont infectés à plus de 30 % (le seuil pour abattre un arbre infecté par l’insecte). On souhaiterait avoir un deuxième avis de la part d’un ingénieur forestier afin de voir si certains arbres pourraient être traités. Si l’on coupe tous ces arbres, ce serait un désastre dans notre secteur et nos maisons vont en prendre un coup », a-t-il laissé entendre.

Une coupe inévitable

Pour sa part, le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, n’avait pas le même décompte pour les arbres à abattre sur la rue: « Sur Saint-Donat, 12 frênes sur 20 devront être abattus, sur 40 arbres. Pour les arbres contaminés à plus de 30 %, il n’y a malheureusement pas rien que l’on puisse faire. Personne n’abat un arbre si ce n’est pas inévitable. Je peux aussi vous dire qu’il y aura des plantations massives dans l’arrondissement. »

Pierre Montreuil, un autre résident de la rue Saint-Donat, a pour sa part déploré que la ville n’ait rien fait pour sauver son arbre, alors qu’il avait pourtant averti l’arrondissement quant à la condition du frêne devant chez lui. « J’ai téléphoné il y a quatre ans de cela pour dire que les feuilles de mon arbre tombaient. Personne n’est venu. Aujourd’hui, on doit le couper. Laissez-moi vous dire à quel point je suis frustré par ce qui arrive », a mentionné M. Montreuil.

Le maire Ménard a alors promis de partager aux deux hommes les informations qui ont mené l’arrondissement à devoir abattre les arbres identifiés sur Saint-Donat. De plus, M. Ménard fera prochainement le point avec les médias locaux concernant le dossier de l’agrile du frêne dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Les citoyens sont également invités à prendre part à une soirée d’information sur la nouvelle réglementation relative à la lutte contre l’agrile du frêne le 20 juillet prochain.

Comment savoir si un frêne est infecté? 

Les premiers dommages causés par l’agrile du frêne ne sont pas toujours visibles. L’insecte adulte va principalement manger les feuilles de l’arbre, mais ce sont les larves qui font le plus de mal en creusant des galeries sous l’écorce du frêne, nuisant ainsi à la circulation de la sève. L’arbre finit par mourir quelques années plus tard (2 à 5 ans).

Parmi les symptômes présents chez l’arbre, on note le dépérissement du feuillage de la cime (à cause des larves), ce qui peut également entrainer une repousse de branches sur le tronc (le frêne tentera de compenser pour les feuilles qu’il aura perdues) et les trous de pics-bois, car l’oiseau raffole de l’agrile du frêne.

Pour en savoir plus sur l’agrile du frêne, consultez le site web de la Ville de Montréal.

Vos commentaires
loading...