Publicité

Le croque-livres de la rue Eugène-Achard a un an!

Vie de quartier
La bibliothèque en libre-service est située au 5822, rue Eugène-Achard, dans le Faubourg Contrecoeur. (photo: Stéphane Desjardins)
La bibliothèque en libre-service est située au 5822, rue Eugène-Achard, dans le Faubourg Contrecoeur. (photo: Stéphane Desjardins)

La première bibliothèque libre-service de Mercier-Est a célébré son premier anniversaire en juillet dernier.

Provenant d’une initiative citoyenne, le croque-livres, installé au 822, rue Eugène-Achard, connaît le même succès des premiers jours de sa mise en place. « On constate un bon roulement des livres qui sont déposés dans la bibliothèque en libre-service. Les gens ont vraiment bien compris le principe “prend un livre, donne un livre”. Il est arrivé seulement à une ou deux reprises que des gens soient venus carrément déposer une pile de livres comme pour s’en débarrasser. Néanmoins, ces lots de livres nous ont été utiles lorsque le croque-livre était vide! », raconte Véronique Lalonde, instigatrice du projet avec son conjoint, Alexandre Lanoix.

La petite maison de bois, conçue par les Ateliers d’Antoine, une entreprise d’insertion sociale formant des jeunes aux métiers de l’ébénisterie, n’a pas été ébranlée par l’hiver ni n’a été victime de vandalisme.

« Les gens font attention au croque-livre. Durant les mois d’hiver, nous l’avions balisé avec des réflecteurs orange pour éviter qu’il soit endommagé durant le déneigement. Nous l’avions aussi décoré avec des lumières de Noël. On avait même mis des cannes de bonbon à l’intérieur en pensant que les sucreries allaient disparaitre rapidement, mais non! Les lecteurs en prenaient seulement une lors de lors visite », ajoute celle qui est également directrice des services au PITREM.

Lecture pour tous

Alors que les croque-livres à la base s’adressent en priorité aux enfants, ces lieux d’échange littéraire ont vite été populaires chez les adultes également.

« Dans notre croque-livres, on retrouve beaucoup de livres pour enfants. Nous avons connu aussi une vague des livres de recettes et ces temps-ci, des romans, particulièrement ceux en série. Une dame m’a même demandé l’autre jour si elle pouvait partir avec les trois tomes d’un ouvrage en promettant de les rapporter une fois lus », explique Véronique Lalonde.

Le couple souhaite éventuellement installer un banc afin de permettre aux gens de s’asseoir le temps de faire leur choix de lecture. Ils aimeraient bien aussi enregistrer leur croque-livre auprès du réseau des croque-livres du Québec.

« Les gens viennent principalement du quartier, à vélo ou à pied — des parents m’ont d’ailleurs confié que le croque-livres était un excellent argument pour prendre une marche en famille — et d’autres en auto. Des personnes m’ont aussi dit qu’ils parcourraient le réseau des croque-livres. C’est à partir de là que j’ai appris qu’il était possible de s’inscrire en ligne. Nous n’avons plus qu’à trouver un nom au nôtre et nous pourrons bientôt faire partie de cette communauté », mentionne Mme Lalonde.

Vos commentaires
loading...