Publicité

Club de lecture: destins

Culture
Capture d’écran 2015-09-08 à 10.45.59

Voici les suggestions de notre Club de lecture cette semaine!

N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions sur notre page Facebook, car nous publions ce Club toutes les trois semaines!

Romans

Vampire CitySuggestion de Catherine Belleau, bibliothécaire à la bibliothèque Mercier

Vampire city, de Rachel Caine. Paris : Hachette. 9 tomes à ce jour. 2010-2014.

Collection jeunes adultes : CAI

J’adore la littérature fantastique et comme nous avons développé une collection pour jeunes adultes à la bibliothèque Mercier, je me suis dit que je devrais lire quelques-unes des œuvres qui en font partie. Eh bien, j’ai pris un plaisir fou à lire celle-ci.

Claire Danvers a seize ans et se retrouve à Morganville, une ville au fin fond du Texas où elle y fréquente l’université. Étant une étudiante dotée d’une intelligence supérieure, elle se retrouve au niveau universitaire à un âge inhabituel. Pour cette raison, ses parents n’ont pas voulus qu’elle s’éloigne trop de la maison. Elle s’installe au campus de l’institution et y rencontre immédiatement des difficultés avec un groupe de filles qui en font leur souffre-douleur. Elle décide d’aller habiter ailleurs et trouvera refuge dans une maison qu’elle partagera avec trois colocataires, Ève, Shane et Michael. Ils deviendront ses meilleurs amis… Et elle en aura grand besoin de cette amitié.

Elle s’apercevra, peu à peu, que la ville où elle a élu domicile est remplie de vampires. Ils y règnent et interdisent toutes personnes connaissant leur existence à quitter les lieux.

Cette série fantastique se déroule à un rythme effréné où l’on y fait la connaissance de personnages très attachants mais aussi d’êtres très dangereux: Amélie la vampire, qui dirige la ville, et Myrnin le vampire fou, ainsi que plusieurs autres. La psychologie des personnages est approfondie et très intéressante à suivre. À plusieurs reprises, le récit instaure un climat de tension et de terreur qui nous incite à vouloir connaître la suite des événements. Un vrai « page-turner ». Lorsque j’ai terminé le premier tome, je me suis lancée dans les autres avec avidité.

Science-fiction

Capture d’écran 2015-09-08 à 10.45.59

Suggestion de Stéphane Desjardins, éditeur

Silo, de Hugh Howey, Actes Sud

J’ai découvert cette série par hasard et je suis incapable de décrocher. Tous mes temps libres y passent. L’auteur s’est auto-publié sur Amazon et a connu un succès incroyable sur le web avant de décrocher un contrat avec une maison d’édition établie. Il a vendu des centaines de milliers d’exemplaires du premier roman de cette série. En entrevue, il a déjà dit qu’il voulait écrire le roman de science-fiction qu’il aurait voulu lire. Le Silo initial a deux suites: «Silo – Origines» et «Silo-Générations».

La série est une dystopie poignante: dans un future assez rapproché, le monde doit faire face à une menace ultime à la survie de l’humanité (l’idée, présentée habilement par étapes dans le roman, est très crédible). Un petit groupe de gens très puissants décident de relancer la survie de l’espèce humaine en repartant à zéro: dans le plus grand secret, ils bâtissent une ville souterraine en forme de silo et y réfugient quelques milliers de privilégiés avant de déclencher la guerre nucléaire! Ces gens vivent donc à l’abri d’un monde devenu toxique, selon des codes précis, où chacun a un rôle à jouer prédéterminé selon Le Pacte, qui régit tous les aspects de la vie dans le silo. Ceux qui bravent les interdits, en entretenant notamment l’idée de sortir pour connaître le vaste monde, ou qui commettent des crimes graves, sont condamnés au «nettoyage», c’est-à-dire de récurer les objectifs des caméras qui offrent le spectacle d’un monde inhabitable aux habitant du silo. Ils sortent donc à la surface, mais meurent peu de temps après avoir rempli leur devoir, leur scaphandre rongé par les gaz toxiques. Personne ne sait pourquoi ils font cela, même s’ils se savent condamnés à mort, car tous voient leur cadavre dans le panorama.

Le roman révèle toute une série d’événements et de menaces qui se situent parfaitement dans l’esprit de notre époque, où les théories conspirationnistes abondent, où personne ne semble maître de son destin, et où toute vérité n’est pas bonne à dire. Le roman décrit la vie quotidienne dans le silo avec un tel talent qu’on se prend au jeu de vouloir connaître le destin, souvent tragique, de ces gens qui n’ont jamais existé mais qui semblent réels!

Littérature jeunesse 

Les_Tableaux_de_MarcelSuggestion de Ganaëlle Roberge, intervenante en éveil à la lecture et au langage de la Maison des Familles de Mercier-Est

Les tableaux de Marcel, par Anthony Browne, éditions Kaléidoscope, 2000.

Je vous présente un des nombreux livres d’Anthony Browne, un de mes auteurs-illustrateurs préférés. Dans cet album, Marcel le chimpanzé s’amuse à reproduire des œuvres célèbres (Autoportrait aux singes par Frida Kahlo, La Joconde par Léonard de Vinci, La création d’Adam par Michel-Ange, etc.). Ces pastiches fantaisistes sont truffés de détails absurdes qui réjouiront les enfants. Les œuvres originales sont reproduites à la fin du livre accompagnées d’informations accessibles aux enfants. Voilà une excellente façon d’initier son enfant à l’art dans le plaisir! L’album est disponible à la Bibliothèque Mercier dans la section « Jeunes – livres d’images » sous la cote BRO.

Nouvelles

SAbandonner_a_vivreSuggestion de Marie-Eve Cloutier, journaliste

S’abandonner à vivre, par Sylvain Tesson, éditions Gallimard, 2014.

S’abandonner à vivre est un recueil de nouvelles où les héros se retrouvent devant les coups du sort. Ils sont de simples amoureux, des aventuriers ou encore des soldats. Les mises en scène sont diverses et nous font voyager. Nous pouvons nous retrouver en France, en Suisse ou quelque part dans un coin reculé de la Russie. Chacun a sa lutte à mener, même si le combat est parfois perdu d’avance, dans un quotidien banal ou une vie qui ne tient qu’à un fil. Les histoires sont titrées en deux mots, par exemple « les amants », « la bataille », ou « la ligne ». Plus on avance dans les lectures, plus cette façon si simple d’introduire les nouvelles pique notre curiosité. De plus, chaque histoire est chapeautée d’une courte citation provenant d’un philosophe ou d’un écrivain qui n’a souvent que du sens à sa relecture après avoir passé au travers de la nouvelle, lorsque l’on comprend que les héros n’ont pas eux d’autres choix que de s’abandonner à vivre.

Vos commentaires
loading...