Publicité

Diapos, photos et peppermint rose

Culture
L'exposition d'Aislinn Leggett est présentée à la Maison de la culture Mercier jusqu'au 1er novembre. (photo: Marie-Eve Cloutier)
L’exposition d’Aislinn Leggett est présentée à la Maison de la culture Mercier jusqu’au 1er novembre. (photo: Marie-Eve Cloutier)

La scène nous est familière : tourniquet de diapositives, vieilles photos et des bols remplis de peppermint rose. On se croirait chez ses grands-parents.

Les installations photographiques de Aislinn Leggett ont de quoi nous transporter dans un univers réconfortant. Les deux expositions présentées côte à côte à la Maison de la culture Mercier, Walter and Willow et Not to be given away, ont se point commun qu’est l’archive.

Dans la première, on y apprend que Walter et Willow sont en fait le grand-oncle et la grand-tante de l’artiste. Même si on ne le connait pas personnellement, nous sommes invités à entrer dans leur salon et à nous tirer une buche afin de regarder les diapositives les représentant dans leur quotidien, leurs réunions de famille et leurs voyages de chasse et de pêche.

La mise en scène de l'oeuvre de Aislinn Leggett est minutieusement songée. (photo: Marie-Eve Cloutier)

La mise en scène de l’œuvre de Aislinn Leggett est minutieusement songée. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Chaises pliantes en métal, chaises en bois, fauteuils au fini velours, divan brun, bibelots épars et même une plante-araignée. Tout y est. On replonge dans les années 1970. Loin d’être dans un musée, il nous est même possible, avec précaution bien sûr, de toucher les objets.

Collection de diapositives ayant appartenu à Walter et Willow. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Collection de diapositives ayant appartenu à Walter et Willow. (photo : Marie-Eve Cloutier)

« J’ai obtenu les diapositives de ma grand-tante lorsqu’elle est décédée. Je ne savais pas quoi faire avec, mais je savais que je ne voulais pas m’en départir. J’ai toujours aimé conserver les originaux », explique Aislinn Leggett.

Elle ajoute : « J’ai fini par en faire un livre, simplement intitulé Walter and Willow, publié aux éditons du Renard, à partir de ces diapositives. Dans le livre, les diapositives sont présentées à la manière de cartes postales. L’auteur et artiste Anne-Marie Proulx a donné vie à ses images en y ajoutant de courts textes. Ensuite, j’ai fini par recréer le salon de Walter et Willow pour l’exposition. »

Des clichés à conserver

Il y a de ces souvenirs que l’on souhaite conserver toute notre vie. Pour une raison ou pour une autre, rien ne pourrait nous séparer de cet objet ou de cette image.

Non seulement l’artiste Aislinn Leggett a décidé de conserver les souvenirs de ses aïeux, mais depuis 10 ans, elle a aussi accumulé une série de photos n’appartenant pas à sa famille. Des images trouvées par ici et pas là ou de vieilles photos qu’on lui a données. Et même si une image vaut mille mots, l’envers de la photo peut aussi nous révéler davantage de détails.

« Un jour, j’ai lu « Not to be given away »(littéralement À ne pas être donné) derrière l’une des photos que j’avais dans ma collection. J’ai trouvé ça tellement ironique, puisque j’avais justement cette photo en ma possession. Cela m’a emmenée à me questionner. C’est aussi là que j’ai réalisé que l’envers d’une photo peut être plus intéressant que le devant. C’est à partir de là qu’est née l’idée de l’exposition », raconte Aislinn Leggett.

Le point de départ de l'exposition. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le point de départ de l’exposition. (photo : Marie-Eve Cloutier)

La collection de photos est impressionnante et bien mise en valeur sur le pan de mur de la salle d’exposition de la Maison de la culture Mercier. Les détails (tâches, colle, cernes) et les effets du temps sur l’envers des photos sont fascinants à observer, puisqu’on tente de s’imaginer le parcours de ces images, de leur impression à leur arrivée à l’intérieur de l’exposition. On peut aussi tenter de deviner les messages écrits en lettres manuscrites derrière les photos.

Aislinn Leggett lors du vernissage de ses expositions, le 18 septembre dernier. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Aislinn Leggett lors du vernissage de ses expositions, le 18 septembre dernier. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Les expositions Walter and Willow et Not to be given away sont présentés à la Maison de la culture Mercier jusqu’au 1er novembre.

Vos commentaires
loading...