Publicité

Élections 2015: les candidats répondent à nos questions (2 de 6): environnement

Élus, Environnement
Tracé du pipeline 9B d'Enbridge
Projet d’inversion de la canalisation 9B et d’accroissement de la capacité de la canalisation 9. (Illustration: Enbridge)

Il y a plusieurs jours, nous avons envoyé un questionnaire détaillé, portant sur plusieurs thèmes chers à Mercier-Est, à tous les candidats dans le comté de La-Pointe-de-l’Île.

Les candidats à l’élection fédérale du 19 octobre prochain devaient réagir à chaque question par une réponse de 100 mots maximum, histoire de ne pas créer de déséquilibre entre les réponses d’un candidat à l’autre et… de ne pas tester vos nerfs de lecteurs!

Six thèmes ont été abordés: transport, environnement, immigration, santé, communauté, bruit. Aujourd’hui, nous abordons le deuxième: l’environnement. Les réponses seront livrées par ordre alphabétique du nom de famille du candidat. Ont répondu les candidats des partis conservateur, néo-démocrate, libéral, bloquiste et vert; pas ceux des partis marxiste-léniniste, communiste, rhinocéros et libertarien.

Environnement

Le projet Oléoduc Énergie Est prévoit d’acheminer du pétrole aux raffineries du Québec, notamment à Montréal. La décision d’autoriser l’inversion du pipeline d’Enbridge a été approuvée par l’Office national de l’énergie. Tous ces projets reliés à un approvisionnement en pétrole via des pipelines dérangent ceux qui y voient des risques pour l’environnement et qui souhaitent une réduction de notre dépendance à l’or noir. D’autres pensent plutôt aux opportunités de développement que ces projets pourraient apporter dans l’est de Montréal.

Quelle est votre position dans ce dossier?

Mario Beaulieu, Bloc Québécois

Le Bloc Québécois adhère aux principes du développement durable et propose un plan de réduction graduelle de notre dépendance au pétrole. Contrairement au NPD qui tient un double discours, le Bloc s’oppose clairement à Énergie-Est qui comporte des risques environnementaux inacceptables et des retombées économiques minimales. Le projet Enbridge est davantage soutenu par le milieu et créateur d’emploi. Il alimentera directement l’industrie pétrochimique de La Pointe-de-L’Île. Cependant, des mesures plus sécuritaires devront être prises, notamment des tests hydrostatiques sur l’ensemble du trajet. Seule l’indépendance nous permettra de décider de ce qui passe par chez nous et à quel prix.

David Cox, Parti Vert

Je suis tout à fait contre l’inversion de la canalisation 9 ainsi que toute expansion de l’infrastructure des raffineries existantes. Je pense fortement que le moment est venu de cesser l’utilisation de combustibles fossiles et de passer immédiatement à des sources d’énergie alternatives sur une base communautaire. Cela permettra d’éliminer les menaces terroristes envers nos oléoducs, les trains et les bateaux et permettra également de protéger nos communautés contre les attaques de nos grilles de l’énergie et pour finir cela permettra d’assurer la liberté énergétique.

Guy Morissette, Parti conservateur

Notre gouvernement croit qu’il est important que du brut canadien de l’Ouest soit acheminé vers les consommateurs et les raffineries de l’Est canadien et, éventuellement, vers des nouveaux marchés à l’étranger, puisque cela nous enrichira collectivement. Énergie Est permettrait aux raffineries de La Pointe-de-l’Île de traiter beaucoup plus de pétrole canadien à des prix qui pourraient être plus bas, et réduirait notre dépendance au pétrole étranger. Cependant, Énergie Est ne pourra aller de l’avant que quand ce projet aura démontré hors de tout doute qu’il est sécuritaire pour les Canadiens, à la suite d’un examen environnemental et réglementaire indépendant et rigoureusement scientifique.

Ève Péclet, nouveau Parti démocratique (NPD)

L’industrie pétrochimique fournit des emplois directs et indirects de qualité à plusieurs centaines de nos concitoyens en plus des contrats donnés aux petites et moyennes entreprises de nos parcs industriels. Les projets de pipelines et les autres formes de transport de ces ressources doivent respecter les normes environnementales les plus strictes, être pensés dans l’optique du développement durable et de la réduction de l’empreinte écologique.

Notre consommation de pétrole est en constante augmentation. Il y a bien lieu de parler de dépendance. Il faut un plan clair pour se désengager à moyen et long terme de cette source d’énergie polluante. D’ici là, il faut s’assurer que les projets pétroliers répondent à de strictes évaluations environnementales, ce qui n’est pas présentement le cas sous les conservateurs.

Marie-Chantale Simard, Parti libéral du Canada

Il n’y a pas de choix à faire entre l’économie et l’environnement, ils sont indissociables. Toutefois, Mme Péclet semble, selon moi, hostile aux compagnies pétrolières et a eu trop peu de rencontres avec les représentants de l’industrie pétrochimique.

Par contre, nous ne pouvons pas seulement compter sur les multinationales. Il faut promouvoir une recrudescence des petites entreprises en pétrochimie, via une baisse d’impôts et des programmes de formation.

Aussi, notre comté est uniquement positionné pour prendre le tournant vert, comme la production de bioénergie via la biomasse. Un gouvernement libéral investira 100 M$ pour promouvoir l’émergence d’entreprises de technologie verte.

Les autres thématiques de cette série:

Le transport

L’immigration

La santé

Le communautaire

Le bruit

Vos commentaires
loading...