Publicité

Élections 2015: les candidats répondent à nos questions (1 de 6): transport

Élus, Transport
Pont-tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine, porte de Montréal.
C’était en 1974: le pont-tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine n’était pas aussi engorgé qu’aujourd’hui! Et il y avait moins de conteneurs dans le port. (Photo: archives de Montréal)

Il y a plusieurs jours, nous avons envoyé un questionnaire détaillé, portant sur plusieurs thèmes chers à Mercier-Est, à tous les candidats dans le comté de La-Pointe-de-l’Île.

Les candidats à l’élection fédérale du 19 octobre prochain devaient réagir à chaque question par une réponse de 100 mots maximum, histoire de ne pas créer de déséquilibre entre les réponses d’un candidat à l’autre et… de ne pas tester vos nerfs de lecteurs!

Six thèmes ont été abordés : transport, environnement, immigration, santé, communauté, bruit. Aujourd’hui, nous abordons le premier : les transports. Les réponses seront livrées par ordre alphabétique du nom de famille du candidat. Ont répondu les candidats des partis conservateur, néo-démocrate, libéral, bloquiste et vert; pas ceux des partis marxiste-léniniste, communiste, rhinocéros et libertarien.

Transport

Dans Mercier-Est, la relation entre les citoyens et la voie ferrée appartenant au CN le long de l’avenue Souligny et Dubuisson devient de plus en plus conflictuelle. L’arrondissement attend les accords de la compagnie ferroviaire afin d’aménager des traverses plus sécuritaires pour les piétons. Cependant, ce dossier avance à pas de tortue depuis plusieurs mois et les citoyens continuent de traverser où bon leur semble, puisqu’il en a été ainsi depuis des années. D’autre part, le Port de Montréal est un important employeur dans le quartier. Les gouvernements investissent beaucoup dans les autoroutes (pont Champlain, échangeur Turcot), mais moins dans le métro et les voies réservées.

Quel genre d’intervention pourriez-vous mener pour régler ce problème sécurité en matière de transport?

Mario Beaulieu, Bloc Québécois

J’entends faire équipe avec les citoyens et le maire d’arrondissement afin que les ententes prises avec l’Office des Transports du Canada et le CN pour construire les 5 passages à niveau prévus se concrétisent rapidement.

David Cox, Parti Vert

Jusqu’à ce que nous passions aux énergies renouvelables (et ce devrait être le plus rapidement possible selon moi), nous devons réglementer le réseau ferroviaire de façon à ce que le réseau ne puisse être séparé en petites sections. Le but est que certaines entreprises peu recommandables cessent de déclarer faillite pour fuir leurs responsabilités. La catastrophe de Lac-Mégantic a été causée par un problème de dérèglementation de la part des conservateurs et des entreprises irresponsables. Les Verts souhaitent réorganiser le réseau ferroviaire de A à Z.

Guy Morisette, Parti conservateur du Canada

Le ferroviaire étant de compétence fédérale, La Pointe-de-l’Île a besoin d’un député fédéral qui connaît et comprend le milieu des affaires afin d’intervenir de façon plus efficace dans ce dossier, et trouver une solution équitable tant pour le CN que pour les habitants de Mercier. Le NPD et le Bloc, avec leur attitude foncièrement hostile à l’entreprise privée, ne sauront pas convaincre le CN qu’il est dans son intérêt d’agir en bon citoyen corporatif.

Ève Péclet, nouveau Parti démocratique (NPD)

L’un des problèmes dans l’aménagement des passages à niveau et des traverses piétonnières est dans la répartition des coûts. Il existe un programme fédéral pour le déménagement ou l’enlèvement de passages à niveau, mais pas pour l’aménagement de nouveaux lieux de passage. Le fardeau financier repose entièrement sur les épaules des municipalités et des arrondissements. L’autre obstacle majeur provient de l’absence de structure gouvernementale pour analyser et autoriser les demandes. Transports Canada pourrait pourtant jouer ce rôle si la règlementation était modifiée. Seules les compagnies propriétaires peuvent accorder les autorisations nécessaires rendant la réalisation de tels projets incertain et laborieux.

Marie-Chantale Simard, Parti libéral du Canada

Les traverses pour les piétons sont un problème car notre représentante au parlement n’a pas démontré le leadership nécessaire afin que Transport Canada et le palier municipal communiquent et planifient ensemble. Je rectifierai cette situation lorsque je serai membre du parlement. L’accès aux berges est une priorité pour moi. En tant que représentante de la Pointe-de-l’Île, je tiendrai des consultations avec les résidents afin que leurs préoccupations soient adressées et se traduisent en actions. 

Comment allez-vous favoriser le développement portuaire?

Mario Beaulieu

Les gens de Mercier-Est pourront compter sur mon implication et celle du Bloc pour défendre le projet de développement du port de Montréal avec autant d’intensité qu’auparavant.

David Cox

 

Malheureusement, le commerce augmente et nos propres industries manufacturières en subissent les conséquences. Jusqu’à ce que les choses soient mieux règlementées, je crois que le port doit être plus équilibré entre l’utilisation industrielle et l’utilisation humaine.

Guy Morisette

En janvier dernier, notre Gouvernement conservateur a annoncé un investissement de 43,7 millions dans les installations du Port de Montréal, afin de multiplier par quatre sa capacité de manutention de conteneurs et améliorer les accès, autant pour les navires que pour les camions. Nous savons que Montréal doit toujours avoir des installations portuaires de premier ordre pour demeurer une plaque tournante du commerce international, un important moteur de création d’emplois.

Ève Péclet

Le port de Montréal est une infrastructure stratégique. Les investissements conjoints entre le Port de Montréal et Ottawa annoncés en début d’année (132 millions) afin de moderniser les infrastructures sont les bienvenus, mais ce sont des centaines de millions de dollars qui manquent pour mettre à niveau l’ensemble des infrastructures afin de s’assurer que l’expansion des activités portuaires se fasse sans impact négatif sur la population environnante et dans le respect des politiques encadrant le camionnage et le transport ferroviaire sur les artères de la circonscription.

Allez-vous financer le développement du transport en commun?

Mario Beaulieu

Le Bloc Québécois propose la création de la Société de financement des infrastructures environnementales qui permettra des investissements fédéraux de 40 G$ s’ajoutant à l’actuel Plan Chantiers Canada, pour des systèmes de transport en commun efficaces et électriques.

David Cox

Nos idées incluent la collaboration avec les provinces et les municipalités pour effectuer un réinvestissement massif dans les infrastructures de transport en commun au Canada, offrir des déductions d’impôt et fournir une certaine stabilité dans les investissements ferroviaires municipaux et le métro en signant un contrat de financement de dix ans avec nos villes.

Guy Morisette

Absolument ! Notre Gouvernement conservateur vient justement de créer le Fonds pour le transport en commun (FTC) à cette fin en juin dernier.

Ève Péclet

Le transport collectif est la réponse logique aux bouchons de circulation et ses impacts économique et environnemental. Un gouvernement néo-démocrate mettra en place une stratégie pancanadienne en matière de transports en commun. Il offrira un financement adéquat et prévisible de manière à permettre aux gouvernements provinciaux et municipaux de développer leurs réseaux de transport en commun. Le plan du NPD prévoit des investissements de 1,3 milliard par année au cours des 20 prochaines années pour le transport en commun, ce qui représente au moins 600 millions de dollars de plus sur quatre ans pour le transport en commun dans le grand Montréal.

Marie-Chantale Simard

Un gouvernement Libéral investira 20 milliards dans le transport en commun sur 10 ans et je m’assurerai que notre comté recevra sa juste part.

Favorisez-vous l’extension de la ligne verte du métro jusqu’à Contrecœur (2 stations)?

David Cox

Je crois que le métro devrait être élargi dans toutes les directions pour atteindre Pointe-aux-Trembles dans l’est et à l’aéroport Trudeau dans l’Ouest!

Guy Morisette

Si les autorités municipales, soit le maire de Montréal, Denis Coderre, et le maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, décident d’en faire une priorité dans leur plan de développement du transport en commun pour Mercier, je m’engage personnellement à leur venir en aide pour présenter et défendre ce projet devant les responsables du Fonds pour le transport en commun.

Ève Péclet

Il s’agit d’un bon exemple d’expansion des transports en commun que notre plan d’investissement pourrait appuyer. Ceci dit, il en reviendra à la Ville de Montréal, à la STM et au gouvernement du Québec d’effectuer les consultations publiques et les études nécessaires pour prioriser leurs projets. Un gouvernement néo-démocrate augmentera aussi les transferts directs aux municipalités en injectant 1,5 milliard $ annuellement, en transférant 1 cent supplémentaire de la taxe sur l’essence aux municipalités.

Capture d’écran 2015-09-28 à 20.22.33

Pont-tunnel Louis-Hippolyte La Fontaine, 1974 (Photo : Archives de Montréal)

Les autres thématiques de cette série:

L’environnement

L’immigration

La santé

Le communautaire

Le bruit

Vos commentaires
loading...