Publicité

Cinéma: Papa ou maman chez Station Vu

Culture
Laurent Lafitte et Marina Foïs dans le film Papa ou maman.
Laurent Lafitte et Marina Foïs dans Papa ou maman. (Photo: A-Z Films)

Station Vu présente « Papa ou Maman », le succès de l’été du cinéma français, du réalisateur Martin Bourboulon, ce soir (7 octobre).

C’est à un rendez-vous avec la légèreté d’une comédie invraisemblable, mais sympathique, que vous convie Station Vu. Scène d’ouverture : Florence nargue Vincent en plein party du Nouvel An. Les jeunes étudiants ont besoin de se disputer pour entretenir leur passion amoureuse.

Plus d’une décennie s’est écoulée. Vincent (Laurent Lafitte) et Florence (Marina Foïs), la jeune quarantaine, tous deux professionnels en pleine ascension, elle ingénieure, lui obstétricien, sont désormais parents de trois enfants, dont deux ados assumés. La routine a fait son œuvre. Pas question d’abdiquer devant la transformation d’une relation amoureuse en amitié pantouflarde. Ils décident de divorcer dans l’harmonie. Mais, sans s’avouer leur lâcheté, ils n’osent l’annoncer à leur progéniture.

Même si le film abonde en scènes tirées par les cheveux, il offre, en filigrane, une critique sévère de l’époque Passe-Partout, où les parents abdiquent souvent leur rôle de tuteur au profit de celui de « pédagogue ». Résultat : les enfants roi agissent en petites pestes égocentriques. Ils vont en prendre toutefois pour leur rhume lorsque leurs parents perdront leur retenue et leur soi-disant maturité dans une lutte à finir… pour ne pas hériter de leur garde!

Car Vincent peut enfin partir pour Haïti avec Médecins sans frontières. Et Florence hérite d’une promotion au Danemark. Pas question de s’embarrasser des enfants. Comme les deux hésitent toujours à leur annoncer la nouvelle, la juge saisie de leur dossier ordonne aux enfants de décider par eux-mêmes avec qui ils iront vivre à plein temps.

À partir de ce moment, ce sera la guerre. Le film passe en cinquième vitesse et tous les coups sont permis pour se rendre le moins attrayant possible à des héritiers qui ne reconnaissent plus leurs parents. Plus ça avance, moins c’est crédible. Mais on se laisse prendre au jeu de ces deux grands enfants qui n’osent s’avouer que, malgré les années, ils sont faits l’un pour l’autre.

Un bémol : les réalisateurs français mettent désormais de la musique en anglais dans leurs films. C’est carrément une forme d’aliénation. D’autant plus que le choix des chansons laisse à désirer! « Papa ou maman » succombe malheureusement à cette mauvaise habitude.

Malgré tout, on rit bien fort de ces pitreries en série et on apprécie, sans se l’avouer, ces situations à mille lieues de la rectitude politique. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, mais ça demeure un très bon divertissement.

Bande-annonce du film.

Vos commentaires
loading...