Publicité

Élections 2015: les candidats répondent à nos questions (4 de 6): la santé

Élus, Santé
Fruits et legumes frais
Mercier-Est est un désert alimentaire: on ne peut acheter des produits frais, comme des fruits et légumes, qu’en utilisant sa voiture. (Photo: Emerika – Wikipedia)

Il y a plusieurs jours, nous avons envoyé un questionnaire détaillé, portant sur plusieurs thèmes chers à Mercier-Est, à tous les candidats dans le comté de La-Pointe-de-l’Île.

Les candidats à l’élection fédérale du 19 octobre prochain devaient réagir à chaque question par une réponse de 100 mots maximum, histoire de ne pas créer de déséquilibre entre les réponses d’un candidat à l’autre et… de ne pas tester vos nerfs de lecteurs!

Six thèmes ont été abordés: transport, environnement, immigration, santé, communauté, bruit. Aujourd’hui, nous abordons le quatrième: la santé. Les réponses seront livrées par ordre alphabétique du nom de famille du candidat. Ont répondu les candidats des partis conservateur, néo-démocrate, libéral, bloquiste et vert; pas ceux des partis marxiste-léniniste, communiste, rhinocéros et libertarien.

Santé

Les citoyens de l’est de l’île de Montréal sont reconnus pour avoir un plus haut taux d’embonpoint et de maladie pulmonaires. Ces problèmes de santé sont notamment reliés au fait que les gens de l’est n’ont pas les infrastructures nécessaires pour favoriser les déplacements en transports actifs ou en commun (marche, pistes cyclables, BIXI, métro) et dépendent surtout de l’automobile, sans compter que Mercier-Est est souvent considéré comme un désert alimentaire.

Alors qu’on investit beaucoup dans les autoroutes et les ponts, comment le gouvernement fédéral peut-il intervenir afin de bonifier l’offre de transport et d’infrastructures qui aura un impact positif sur la santé de la population?

Mario Beaulieu, Bloc Québécois

Depuis 2011, nous avons assisté au retour en grand du déséquilibre fiscal, notamment dans les transferts fédéraux pour la santé. Ces transferts proviennent des 45 milliards d’impôt que les Québécois envoient chaque année au fédéral. Avec une forte délégation du Bloc Québécois, nous pourrons à nouveau faire cette bataille à Ottawa, encore plus facilement dans un contexte minoritaire avec la balance du pouvoir. Cela veut dire plus d’argent pour l’éducation, pour la santé et la prévention, pour nos familles, nos aînés et nos travailleurs. Nous proposons un programme d’investissement dans les infrastructures environnementales pour le transport et la dépollution.

David Cox, Parti Vert

Nous allons nous attaquer aux problèmes de chaleur, de pollution et de smog grâce à des solutions qui incluent le rétablissement du financement du Réseau canadien de la santé, le développement d’une politique nationale de l’alimentation et en augmentant le financement fédéral pour les piétons, les cyclistes, et l’infrastructure de partage de voitures dans les villes . Nous allons également augmenter le financement existant pour stimuler un réinvestissement massif dans les infrastructures de transport public pour les rendre pratique, sécuritaires, confortables et abordables.

Guy Morissette, Parti conservateur

Les infrastructures qui ont un impact positif sur la santé de la population, comme les installations sportives et les pistes piétonnières et cyclables, sont surtout de compétence municipale. Il y a une rare exception fédérale cependant : le pont Champlain; nous nous sommes déjà engagés à doter son remplaçant de pistes piétonnières et cyclables. Pour le reste, nous utilisons surtout d’autres outils pour contribuer à la santé publique, comme le Crédit d’impôt pour la condition physique des enfants que nous avons créé pour favoriser l’adoption hâtive de saines habitudes de vie chez nos enfants.

Ève Péclet, Nouveau Parti démocratique (NPD)

Notre plan pour les infrastructures et le transport en commun représente des investissements de 2,8 milliards par années lorsqu’on combine notre engagement d’investissement de 1,3 milliard par année pour les vingt prochaines années et le transfert aux municipalités, via le programme de transfert de la taxe sur l’essence, de 1 cent de la taxe fédérale sur l’essence (ce qui représente 1,5 milliard). Il faut aussi mentionner qu’un gouvernement NPD augmentera considérablement les transferts aux provinces en matière de santé en rétablissant l’augmentation annuelle de 6 %.

Marie-Chantale Simard, Parti libéral du Canada

Une de mes priorités en tant que membre du parlement sera de promouvoir des projets ambitieux de revitalisation des berges, pistes cyclables, chemins piétonniers, réadaptation de la cicatrice du chemin de fer inutilisé et d’espaces verts. Ces projets seront des opportunités pour moi d’impliquer tous les paliers de gouvernance. Le manque de progrès dans ces dossiers locaux si importants est très frustrant et fut le moteur de mon saut en politique. Je sais que je pourrais réussir à amener un consensus qui se traduira en actions. Le parti Libéral supporte cette vision et investira dans les infrastructures de transport collectif.

Les autres thématiques de cette série:

Le transport

L’environnement

L’immigration

Le communautaire

Le bruit

Vos commentaires
loading...