Publicité

Expropriations: la Ville a-t-elle les moyens de payer?

Histoire
Plan de la Longue-Pointe 1930
Jusqu’en 1930 environ il y avait qu’une seule rue pour aller de la Longue-Pointe à Montréal et c’était la rue Notre-Dame. La rue Hochelaga fut ouverte en 1931-32 pour aller vers l’ouest. A l’ouest de la rue Haig, la rue Hochelaga était appelé rue Lamartine. (Image: Colle. Robert Carrière BANQ)

Nous sommes en 1911. La Longue-Pointe est en pleine expansion. La Ville doit procéder à de dispendieuses expropriations pour prolonger des rues. 

Les propriétaires des rues Vinet (Souligny), Boyce et Sherbrooke, à la Longue-Pointe, ont la dent longue. Ils demandent 700 000 $ pour se laisser exproprier. Voici ce que j’ai trouvé dans La Patrie.

Par leur exigence quelque peu exagérée, les propriétaires des rues Vinet, Boyce et Sherbrooke vont probablement retarder considérablement les expropriations de la Longue-Pointe. Les premières évaluations sont estimées à 200 000 $, et il reste encore les propriétés appartenant aux entreprises Canadian-Nord et Canada Ciment Co, qui réclament ensemble plus de 4 millions de dollars.

C’est-à-dire que l’expropriation totale, si elle se fait, coûtera à la Ville près de 700 000 $. Au cas où les ressources de la Ville ne seraient pas suffisantes, le conseil sera peut-être obligé de faire un emprunt spécial et de demander de nouveaux pouvoirs à la législature. Ceci sera peut-être long.

En attendant, le trésorier de la Ville et le contrôleur des finances ont reçu l’ordre de préparer immédiatement un rapport montrant les ressources de la ville.

liste de propriétaires en 1911, rue Souligny

Liste de propriétaires en 1911, rue Souligny. (Image: Coll. Robert Carrière, BANQ)

Vos commentaires
loading...