Publicité

La maison de la culture Mercier présente Interstices Photographies de Erik Beck

Communiqués
Diptyque
Diptyque

Du 7 novembre au 18 décembre 2015

Vernissage : le samedi 7 novembre de 14 h à 16 h

Au sens propre, le mot interstice désigne un espace habituellement petit, voire microscopique, entre deux objets. Au sens figuré, il est évocateur de l’imperceptibilité et de l’indicibilité. Pour cette exposition, l’artiste a voulu exploiter les qualités intrinsèques de ces deux états en transgressant délibérément la signification première du mot afin d’illustrer une dimension plutôt temporelle. L’interstice ici joue le rôle du dénominateur commun qui relie un ensemble de séries d’images graphiquement hétérogènes.

Capture d’écran 2015-10-27 à 18.09.04Dans la majorité des projets qu’il aborde, Erik Beck accorde une importance accrue aux moments vécus entre deux étapes plus concrètes et utiles, des intervalles qu’on qualifie de pertes de temps. Aussi insignifiants puissent-ils être, l’artiste croit sincèrement qu’ils s’intègrent inconsciemment dans le processus d’achèvement d’un corpus d’œuvres. Souvent perçus à tort comme négligeables, ces hiatus sont pourtant les jalons d’une errance volontaire et planifiée qui font partie intégrante d’une stratégie créatrice qu’il incorpore rigoureusement dans sa démarche.

Beck travaille simultanément sur plusieurs séries, mais se concentre depuis plus d’un an sur la création d’assemblages polyptiques d’où il tente de dégager un nouveau dialogue sémantique, une nouvelle facture graphique qui émanerait de ces jumelages aléatoires.

L’exposition est présentée dans le cadre de Champs libres, Rencontres culturelles Estrie-Montréal et est réalisée grâce au soutien financier du ministère de la Culture et des Communications et de la Ville de Montréal dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal.

Erik Beck – Après une enfance durant laquelle sa créativité s’exprime par le biais de la musique, Erik Beck poursuit des études universitaires à l’Université Concordia en photographie et en sculpture. Actif en cinéma et en radio, il devient tour à tour compositeur, acteur et régisseur et réalise également plusieurs installations sonores et performances.

Ayant appris la photographie à l’école de l’argentique, où le processus était lent et limitatif, Beck s’est forgé un langage visuel avec lequel il travaille encore aujourd’hui. Toujours avide de transgresser les codes établis, il est naturel pour lui de se tourner vers la photographie mobile – photographie créée à l’aide de téléphones intelligents – nouveau médium en plein essor et en voie de reconnaissance par plusieurs institutions en arts visuels. Cofondateur du groupe Mouvement Art Mobile (MAM), il a fait trois expositions individuelles et participé à des expositions collectives à New York, San Francisco, Berlin, Montréal et Sherbrooke.

Vos commentaires
loading...