Publicité

Les élus de Projet Montréal se retirent d’une publicité de l’arrondissement

Élus, Environnement
La publicité parue dans le Flambeau de l'Est où ne figurent que trois des cinq élus à l'arrondissement. (image: Arrondissement MHM)
La publicité parue dans le Flambeau de l’Est où ne figurent que trois des cinq élus à l’arrondissement. (image: Arrondissement MHM)

Les élus de Projet Montréal ont préféré éviter d’apparaître aux côtés de leurs collègues dans une publicité publiée dans le journal Le Flambeau de l’Est.

En page 6 de l’édition papier du journal daté du 6 octobre 2015 figure une publicité faisant le bilan de la situation sur l’agrile du frêne dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Titrée « En 2015 : Plus de 1,5 M$ investi conjointement pour reverdir Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et lutter contre l’agrile du frêne! », on y voit le maire, Réal Ménard, ainsi que les conseillers Richard Celzi et Karine Boivin Roy. Laurence Lavigne-Lalonde et Éric Alan Caldwell sont absents.

« Nous avons été informés qu’il y aurait une publicité dans le Flambeau quelques heures avant la date de tombée pour le journal. Quand nous avons lu le contenu, nous avons remarqué que les chiffres énoncés dans le bilan n’étaient pas les mêmes que ceux que nous avions ni ceux qui ont été publiés dans les journaux locaux cet été », a mentionné le conseiller d’Hochelaga lors d’une courte déclaration publique devant les médias avant le conseil d’arrondissement d’octobre, mardi dernier.

Des écarts entre les chiffres

En juillet dernier, Réal Ménard avait convoqué les journalistes pour faire un point d’information concernant l’agrile du frêne sur le territoire de l’arrondissement. On apprenait alors que MHM allait être dans l’obligation de couper 700 arbres infectés par l’insecte originaire d’Asie.

Lors de cette séance d’information, le maire avait indiqué que Mercier–Hochelaga-Maisonneuve allait recevoir 688 000 $ de la ville-centre pour la lutte contre l’agrile du frêne et que 1400 arbres (dont les 700 frênes) devaient être abattus. Cependant, 500 arbres allaient être plantés grâce au budget de la Trame verte et l’Alliance Forêt urbaine allait fournir de 700 à 900 arbres de plus pour la période allant de 2014 à 2015. Avec les 700 arbres prévus dans le budget de plantation de l’arrondissement, le bilan serait tout de même positif (entre 1900 et 2100 arbres plantés pour 1400 arbres coupés).

Dans le tableau présenté dans la publicité, l'Alliance urbaine de la forêt compte 50 arbres plantés au village Olympique. Bien qu'à la limite de l'arrondissement, le village Olympique n'est pas dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, ce qui vient gonfler un peu le nombre d'arbres plantés par ce partenaire d'après les élus de Projet Montréal. (image: modification de la publicité de l'Arrondissement de MHM)

Dans le tableau présenté dans la publicité, l’Alliance urbaine de la forêt compte 50 arbres plantés au village Olympique. Bien qu’à la limite de l’arrondissement, le village Olympique n’est pas dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, ce qui vient gonfler un peu le nombre d’arbres plantés par ce partenaire d’après les élus de Projet Montréal. (image: modification de la publicité de l’Arrondissement de MHM)

Or, dans la publicité, on dit que l’arrondissement a investi plus de 700 000 $ supplémentaires pour bonifier le nombre de plantations, en plus des 688 000 $ de la ville-centre. Le nombre d’arbres abattu a diminué à 1100 et le nombre d’arbres à planter a augmenté à 3340 (de 368 à 500 arbres avec la Trame verte, 2076 arbres avec l’Alliance Forêt urbaine et 765 arbres de l’arrondissement).

« Premièrement, on ne sait pas d’où vient le 700 000 $ supplémentaire. Mais surtout, ce que la publicité ne précise pas, c’est que malgré le bilan positif en nombre d’arbres plantés sur notre territoire, on ne fait pas la distinction entre les arbres plantés sur le domaine public et sur le domaine privé à l’arrondissement », a indiqué la conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe, Laurence Lavigne-Lalonde.

Les 700 000 $ supplémentaires annoncés dans la publicité viendrait du budget de 2015 d’après le responsable des communications à l’arrondissement, Sébastien Lemire.

Domaine privé vs domaine public

Selon les calculs des élus de Projet Montréal, en 2015, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve accusera un retard de 335 arbres à remplacer sur le domaine public, portant le total à 883 arbres depuis 2013.

« Nous devons à l’arrondissement remplacer les arbres que l’on coupe sur le domaine public, comme les arbres sur rue, mais ce n’est pas le cas », a ajouté Mme Lavigne-Lalonde qui souhaite que l’arrondissement se dote d’une meilleure stratégie de lutte contre l’agrile du frêne afin d’éviter que des citoyens se retrouvent à vivre sur une rue complètement dénudée d’arbres.

Lors de la réunion du conseil d’arrondissement, le maire Réal Ménard était d’avis que la publicité en question était somme toute « honnête ».

« Oui, mes collègues de Projet Montréal ont raison de dire que par les années passées, nous avons observé un écart entre les arbres abattus et les arbres plantés sur le domaine public à l’arrondissement, mais cela pourrait être différent cette année. Nous avons engagé une entreprise pour répertorier les différents lieux où une plantation est nécessaire », a indiqué M. Ménard au Journal de Mercier-Est.

« De plus, il faut tout de même souligner que les efforts de plantation de l’Alliance Forêt urbaine apportent quand même une large contribution au maintien de la canopée dans tout l’arrondissement, même s’il s’agit du domaine privé », a ajouté le maire.

Vos commentaires
loading...