Publicité

Plus de verdure et moins de bitume dans les stationnements privés

Environnement
Éric Alan Caldwell, conseiller d'Hochelaga, présentant les changements possibles au niveau du stationnement d'un bâtiment de huit unités avec l'application du nouveau règlement. (photo: Arrondissement MHM)
Éric Alan Caldwell, conseiller d’Hochelaga, présentant les changements possibles au niveau du stationnement d’un bâtiment de huit unités avec l’application du nouveau règlement. (photo: Arrondissement MHM)

Des élus de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve ont présenté aux médias les modalités d’un projet de règlement visant la modification des normes de stationnement et de verdissement sur le domaine privé, le 16 octobre (vendredi).

« Nous sommes parmi les arrondissements les plus en développement à Montréal. Nous avons neuf stations de métro. Alors que l’on fait beaucoup la promotion des TOD (NDLR : de l’anglais “Transit Oriented Development”, un concept d’aménagement résidentiel et commercial favorisant l’usage des transports en commun.), nous avons constaté que notre politique en matière de stationnement n’était pas ajustée à cette réalité », a fait valoir d’entrée de jeux Réal Ménard, maire de MHM.

Sur la photo, de gauche à droite : Richard Celzi, conseiller du district de Tétreaultville, Réal Ménard, maire de l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et responsable de l'environnement, du développement durable, des grands parcs et du verdissement au comité exécutif de la Ville de Montréal, Éric Alan Caldwell, conseiller du district d'Hochelaga et Réjean Boisvert, chef de division urbanisme à l'arrondissement. (photo: Arrondissement MHM)

Sur la photo, de gauche à droite : Richard Celzi, conseiller du district de Tétreaultville, Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et responsable de l’environnement, du développement durable, des grands parcs et du verdissement au comité exécutif de la Ville de Montréal, Éric Alan Caldwell, conseiller du district d’Hochelaga et Réjean Boisvert, chef de division urbanisme à l’arrondissement. (photo: Arrondissement MHM)

Le projet de règlement, qui sera présenté au public lors d’une assemblée de consultation prévue le 3 novembre prochain, propose essentiellement les six modifications suivantes :

  1. Réduire la largeur minimale des unités de stationnement de 2,75 m à 2,5m.
  2. rehausser l’effort de verdissement en augmentant le pourcentage exigé de 20 % à 22 %.
  3. Exclure le pavé alvéolé du calcul du 20 % (qui passera à 22 %) de la surface végétalisée sauf dans le cas d’une voie d’accès recouverte de pavée alvéolé permettant l’accès à une aire de stationnement intérieure.
  4. Permettre l’aménagement d’unités de stationnement réservées aux petites voitures pour les usages de la famille « commerce » sous certaines conditions.
  5. Exiger l’aménagement de dégagements végétalisés de 1 m au pourtour des aires de stationnement de trois et quatre unités.
  6. Adapter les exigences de stationnement en fonction de la proximité d’une station de métro.

Penser aux transports collectifs

Selon Réal Ménard, la mesure visant l’adaptation des exigences de stationnement en fonction de la proximité des stations de métro est sans doute « la plus audacieuse ».

« Les gens qui veulent vivre près d’une station de métro ne veulent généralement pas une case de stationnement. Les promoteurs immobiliers nous le confirment aussi. Ces citoyens veulent un cadre bâti harmonieux avec plus d’espaces verts, pas juste une maison qui sert de dortoir », a ajouté Éric Alan Cardwell, conseiller d’Hochelaga.

Ce faisant, le nouveau règlement, s’il est adopté tel quel, pourrait permettre une réduction de 100 % du nombre minimal d’unités de stationnement exigé lorsque, pour un bâtiment occupé par un usage de la famille « habitation », le nombre total de logements est inférieur à sept et que le bâtiment est situé dans un rayon de 250 m et moins d’une station de métro.

« L’intérêt de ce projet de règlement, c’est de permettre un stationnement plus soucieux de l’environnement sur le domaine privé », a mentionné Richard Celzi, conseiller de Tétreaultville.

Suite à l’assemblée publique de consultation, à moins que du temps supplémentaire soit nécessaire, l’adoption du règlement pourra suivre son cours pour une entrée en vigueur dès décembre. Les nouvelles normes ne seront pas rétroactives.

Vos commentaires
loading...