Publicité

Grève du communautaire: « Il fallait trouver un compromis », dit le PITREM

Vie de quartier
Plusieurs organismes communautaires étaient encore fermés aujourd'hui pour manifester contre les mesures d'austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Plusieurs organismes communautaires étaient encore fermés aujourd’hui pour manifester contre les mesures d’austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le PITREM, organisme qui favorise l’insertion sociale, professionnelle et économique des jeunes de 16 à 35 ans, souhaite clarifier son positionnement par rapport à la grève du milieu communautaire des 2 et 3 novembre 2015.

En effet, le PITREM, solidaire de la mobilisation et de la grève dans le milieu communautaire, a décidé de maintenir ses bureaux ouverts ces deux derniers jours, comparativement à d’autres organisations qui ont fermé leurs portes, pour cause d’austérité. Rappelons cependant que le PITREM avait participé à la journée de grève en novembre 2014 lors de la campagne « Je tiens à ma communauté : Je soutiens le communautaire ». Il s’agissait d’une première fermeture pour l’organisme en 24 ans d’existence.

Dans un communiqué dont le Journal de Mercier-Est a obtenu copie, le PITREM explique qu’il a voulu participer « au mouvement de grève des organismes communautaires pour dénoncer la précarité de leur financement, [mais] n’a pas souhaité pénaliser [les] jeunes déjà en grande difficulté qui bénéficient de leurs services ». Raison pour laquelle leurs locaux sont demeurés ouverts, hier et aujourd’hui.

« Pour certains jeunes, il n’y a pas une journée à perdre. En l’espace de 24 h à 48h, certains peuvent changer d’idée rapidement. On ne voulait pas échapper personne », explique Danielle Lacombe, directrice générale du PITREM. Elle ajoute : « Cette décision est soutenue par notre conseil d’administration. On se sent concerné par ce qui se passe dans notre milieu, mais il fallait trouver un compromis. On pense aussi qu’il est important de manifester notre désaccord par rapport aux agissements du gouvernement, mais d’une autre manière qu’en fermant nos portes. »

Délégation, lettres et réseaux sociaux

Une délégation de trois employés du PITREM a tout de même pris part à la manifestation régionale qui avait lieu aujourd’hui. Des groupes communautaires de l’est de Montréal s’étaient donné rendez-vous pour manifester devant les bureaux de la vice-première ministre et députée d’Anjou-Louis-Riel, Lise Thériault, avant de se déplacer vers le centre-ville afin de joindre la grande manifestation devant le bureau du premier ministre Philippe Couillard.

Le PITREM a partagé des photos de l’évènement sur sa page Facebook et son compte Twitter. Une façon pour eux de sensibiliser sa clientèle à l’actualité qui touche les organismes communautaires.

De plus, depuis le 1er avril 2015, date à laquelle le gouvernement du Québec a imposé la transformation des services Carrefour jeunesse-emploi, une trentaine de lettres de jeunes citoyens ont été adressées au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale pour contester ces nouvelles mesures « qui réduisent de façon notable les critères d’admissibilité aux services du PITREM », souligne l’organisme.

Vos commentaires
loading...