Publicité

Info-Femmes reçoit une mention d’honneur à l’Assemblée nationale

Vie de quartier
Des membres du Centre Info-Femmes. (photo: Centre Info-Femmes)
Des membres du Centre Info-Femmes. (photo: Centre Info-Femmes)

Le Centre Info-Femmes a fait l’objet d’une mention d’honneur à l’Assemblée nationale en lien avec son 35e anniversaire.

Maka Kotto, député provincial dans la circonscription de Bourget, a fait cette mention lors de la période de déclaration des députés le jour de la séance du 12 novembre dernier.

« Je veux souligner aujourd’hui le 35e anniversaire du Centre Info-Femmes. Cet organisme a vu le jour grâce à l’initiative de citoyennes de la circonscription de Bourget, désireuse d’aider et de travailler auprès d’autres femmes du quartier Mercier-Est. Bon an mal an, elles ont implanté au cœur de leur communauté un ensemble de services et d’activités visant à favoriser, pour ces femmes, une plus grande autonomie personnelle, affective et économique », avait alors déclaré Maka Kotto (il est possible de visionner l’allocution complète en cliquant ici. Le discours de M. Kotto débutant vers 10:25).

35 ans d’écoute, de références et d’activités

La petite histoire du Centre Info-Femmes de Mercier-Est a débuté un peu à la manière de plusieurs centres pour femmes du Québec.

« Tout a sûrement commencé par une assemblée de cuisine entre une femme et sa voisine qui ont décidé de prendre un café ensemble et de jaser de leur quotidien. Après quelque rencontre avec d’autres femmes, elles décident de faire quelque chose de plus concret, et la structure d’une organisation prend forme », explique Christine Lafleur, intervenante communautaire au Centre Info-Femmes.

Le premier local du centre Info-Femmes était en fait situé à Pointe-Aux-Trembles. La fondation officielle de l’organisme remonte à septembre 1980. Trois adresses différentes plus tard, le Centre Info-Femmes occupe maintenant le 2185, rue des Ormeaux, depuis au moins 15 ans.

Aujourd’hui, le Centre Info-Femmes regroupe près de 150 membres. « Il coûte 7 $ par années pour être membre du groupe, mais nous sommes très flexibles sur les modalités de paiement. Même si 7 $ ne semble pas être une somme énorme à débourser, on comprend que pour certaines femmes, penser à retrancher un 7 $ en nourriture ou en vêtements pour les enfants peut être un gros dilemme », explique Christine Lafleur.

L’organisme propose des activités variées à ses membres, allant de groupes de discussion à des formations, ainsi que des services de soutien et de références.

Une voix pour les femmes

Le Centre Info-Femmes de Mercier-Est fait également partie de la Table régionale des centres de femmes Montréal métropolitain – Laval, chapeauté plus largement par L’R des Centres de femmes du Québec.

« Nous adhérons donc à la charte et aux valeurs de L’R, de la réalisation de nos activités à notre gestion en tant que centre pour femmes. On travaille beaucoup en consultation et en équipe. Le processus est très démocratique », souligne Christiane Lafleur.

Le travail de concertation vient aussi aider les différents regroupements à s’adapter à de nouvelles réalités qui touchent les femmes, par exemple concernant les questions d’identité de genre. « On peut discuter de ce genre de question au sein des Tables régionales », ajoute l’intervenante.

Les différents centres vont souvent unir leurs voix pour parler au nom des femmes lors de prise de parole publique ou d’évènement thématique.

« Cette année, nous avons pris part à la Marche mondiale des femmes, qui avait lieu à Trois-Rivières. Le thème était “Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires”. Plus tôt en octobre, nous étions parmi les femmes qui ont occupé le pavé de l’église Christ Church Cathedral pour déclamer un manifeste plurilingue en lien avec la thématique de la Marche », relate Christiane Lafleur.

Vos commentaires
loading...