Publicité

Les priorités de Mario Beaulieu

Élus
Mario Beaulieu a parlé de ses dossiers prioritaires avec le Journal de Mercier-Est mercredi dernier. (photo: Stéphane Desjardins - Archives du Journal de Mercier-Est)
Mario Beaulieu a parlé de ses dossiers prioritaires avec le Journal de Mercier-Est mercredi dernier. (photo: Stéphane Desjardins – Archives du Journal de Mercier-Est)

Un peu plus d’un mois après les élections fédérales du 19 octobre, le Journal de Mercier-Est est allé à la rencontre de Mario Beaulieu, nouveau député de la Pointe-de-l’Île, afin de connaître ses priorités pour le quartier.

Cette rencontre a eu lieu dans son bureau de circonscription situé au 12500, boulevard Industriel, soit le même espace qu’occupait la candidate sortante, Ève Péclet, ces quatre dernières années. « J’ai appelé madame Péclet après les élections pour discuter. C’est elle-même qui m’a recommandé de m’installer ici. Malgré nos différentes allégeances politiques, nous avons des intérêts communs, particulièrement celui du développement de la Pointe-de-l’Île », raconte M. Beaulieu.

Militant de longue date, Mario Beaulieu sent qu’il a plus de moyens d’agir depuis qu’il est député. « Maintenant, nous avons un bureau, des ressources, budget et plein de projets que l’on veut pousser dans le comté », laisse-t-il entendre.

Mario Beaulieu dans son bureau de circonscription lors de l'entrevue avec le Journal de Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins).

Mario Beaulieu dans son bureau de circonscription lors de l’entrevue avec le Journal de Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins).

Prolongement de la ligne verte

Un des dossiers sur lequel Mario Beaulieu souhaite se pencher est celui du développement de la ligne verte du métro vers l’est de l’île de Montréal.

« On a plutôt parlé du prolongement de la ligne bleue dernièrement. Il faudrait néanmoins relancer l’idée du prolongement de la ligne verte, qui serait tout aussi logique. Il n’est vraiment pas évident pour les gens de l’est de Montréal de se rendre en transport en commun jusqu’au centre-ville », fait valoir Mario Beaulieu.

Durant la campagne électorale, le Bloc québécois suggérait de mettre en place une société de financement pour les infrastructures vertes, une idée qui a été aussi avancée par le Parti libéral présentement au pouvoir.

Communauté et économie sociale

Le milieu communautaire souffre d’un problème de financement de base est d’avis celui qui a travaillé dans un Centre jeunesse avant de militer en politique.

Afin de remédier à cette situation, Mario Beaulieu souhaite mettre sur pieds un comité qui aurait à gérer les demandes provenant des organismes communautaires de la Pointe-de-l’Île afin de leur venir en aide. « Il faut utiliser notre réseau de militants pour les appuyer. Les organismes ont à s’occuper de leur mission en premier lieu. On pourrait leur venir en aide avec des bénévoles qui ont des ressources spécialisées, organiser des formations, les supporter dans la bureaucratie ou encore pour les aider à faire des activités de financement », lance le député.

Mario Beaulieu souhaite aussi appuyer les entreprises d’économie sociale du quartier, comme Station Vu ou le projet CÉRÈS du Sésame. « Au Bloc, on veut que les programmes de financement pour les PME soient aussi accessibles à ce type d’entreprise », ajoute-t-il. Par ailleurs, M. Beaulieu a déjà rencontré Stéphane Hardy, l’homme derrière le cinéma de quartier, et va voir comment il est possible de venir en aide à Station Vu.

Parlant de cinéma, M. Beaulieu aimerait bien aussi rencontrer Vincent Guzzo, propriétaire du Cinéma Paradis, édifice en décrépitude sur la rue Hochelaga.

Environnement et consultations

Pour ce qui est des dossiers environnementaux, Mario Beaulieu a l’intention de surveiller de près le projet d’usine de compostage prévue dans l’est de Montréal.

Concernant les pipelines, le député s’oppose clairement au projet d’oléoduc d’Énergie Est : « Contrairement à la ligne 9B d’Enbrige qui est déjà en place et dont on devra subir l’inversement du flux de pétrole, il est encore temps d’agir sur le projet de TransCanada, car il n’est pas encore construit. Ce pipeline ne va pas créer d’emploi dans le secteur, en plus de contribuer aux changements climatiques. On n’en veut pas », mentionne Mario Beaulieu.

Face à tout le cynisme ambiant envers la politique, Mario Beaulieu souhaite travailler en équipe autant que faire se peut. « Nous allons être présents aux Tables de concertations et dans les comités. On veut organiser des rencontres avec les citoyens et les organismes afin de les consulter. C’est ça la démocratie », conclut M. Beaulieu.

Vos commentaires
loading...