Publicité

Maisons patrimoniales délabrées à vendre

Immobilier
Maison de Pierre Tétreault à vendre
La maison a déjà appartenu au fondateur de Tétreaultville. (Photo: Stéphane Desjardins)

Le 5324, rue des Ormeaux est à vendre. Cette maison ancestrale a autrefois appartenu au fondateur de Tétreaultville.

Pierre Tétreault a acheté en 1904 cette maison ancestrale, située rue des Ormeaux, juste en face du parc Thomas-Chapais, au nord de Tiffin.

La bâtisse a souffert d’un entretien déficient avec les années. Elle comprend trois logements et une grande cour qui abrite une piscine hors terre. Le logement de l’étage, qui a six pièces, dont trois chambres, est réservé au propriétaire et comporte des lucarnes.

Le terrain est d’une superficie de 7723 pieds carrés. Le revenu lié aux logements locatifs s’élève à 26 700 $ par année. La propriété est évaluée à 424 300 $ et les taxes municipales de 2015 furent de 3700 $. Le prix de vente est fixé à 399 000 $. En 1904, M. Tétreault avait payé la maison et les deux lots 260 $ selon l’acte de vente qu’a retrouvé l’historien Robert Carrière.

En 1907, Tétreault la revend à Guillaume Willems. Ce dernier deviendra le premier maire de Tétreaultville. Rappelons que Pierre Tétreault n’a jamais été maire de la municipalité qui porte son nom.

La fiche MLS précise que l’immeuble est vendu sans garantie légale, ce qui signifie que l’acheteur renonce à poursuivre les anciens propriétaires pour vice caché. En gros, l’immeuble a donc « besoin d’amour », selon le jargon des rénovateurs.

Autre maison ancestrale à vendre

à vendre rue ndUne autre maison ancestrale dans le quartier est à vendre, au 8221, Notre-Dame (voisine du restaurant MacDonald’s), près de Liébert. Elle date de 1923.

Cette vente inquiète les défenseurs du patrimoine, qui craignent qu’un acheteur ne démolisse la maison pour ériger des condos sur l’immense terrain boisé.

Le prix de cette propriété est fixé à 699 000 $, mais l’évaluation municipale est à 480 000 $. La fiche MLS affiche d’ailleurs que la propriété est « idéale pour un constructeur », et que la maison « nécessite BEAUCOUP » de rénovations. L’acheteur qui voudra démolir ce magnifique immeuble patrimonial devra faire une demande de changement de zonage à l’arrondissement. De plus, les propriétaires ont déjà amorcé ces démarches pour obtenir un zonage multirésidentiel ou commercial.

La maison comporte quatre chambres au rez-de-chaussée et deux à l’étage, de même que deux salles de bains. Les taxes municipales ont été de 4077 $ en 2015.

Une certaine protection

Les acheteurs de ces maisons devront mener plusieurs démarches auprès de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve s’ils veulent les démolir. « Après vérification, ces deux bâtiments sont identifiés comme étant “significatifs” selon le plan d’urbanisme de Montréal : la Ville reconnaît donc leur valeur patrimoniale. Si un permis de démolition devait être demandé pour chacun de ces bâtiments, la demande devra être analysée par le comité de démolition de l’arrondissement. La personne qui fera cette demande devra donc démontrer clairement l’opportunité de démolir compte tenu de l’intérêt public et de l’intérêt des parties. La demande de démolition n’est pas automatique et peut être refusée en regard de divers critères », explique une source à l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...