Publicité

« Paris ne sera plus jamais la même »

Éditoriaux
La terrasse du bistro-restaurant du Comptoir Voltaire. (photo: Facebook)
La terrasse du bistro-restaurant du Comptoir Voltaire. (photo: Facebook)

J’étais dans Mercier-Est quand j’ai entendu la nouvelle à la radio vendredi soir. On annonçait des attentats à Paris. Mon premier réflexe a été d’envoyer un message texte à mon copain.

« As-tu entendu la nouvelle? »

« Oui! J’écoute la radio sur Europe 1. »

« Tu as des nouvelles de ta famille? »

« Ils sont tous à la maison… »

Vous l’aurez compris, mon copain est Français, même qu’il est né à Paris.

Je suis rentrée en vitesse chez moi vendredi soir pour aller le retrouver. Nous avons ouvert la télé. Avec horreur, on comprend que Paris vit encore une fois des attaques terroristes, moins de 10 mois après les attentats de Charlie Hebdo. Sauf que cette fois-ci, le carnage est encore pire. Des lieux de grands rassemblements, comme le Stade de France et le Bataclan, mais aussi des lieux publics « ordinaires », comme le restaurant Le Petit Cambodge, où plusieurs Français ne faisaient que profiter du temps particulièrement doux de novembre, assis sur la terrasse.

Les bilans provisoires du nombre de morts et de blessés dépassent notre entendement. Malgré notre effroi, on continue de regarder les images à la télévision, et on suit en même temps ce qui se passe sur les réseaux sociaux, avec précautions, cela dit. Dans le drame, on voit surgir le mot-clic #portesouvertes. Des Parisiens partagent leurs lieux de résidence sur Twitter afin d’accueillir les gens qui ne peuvent rentrer chez eux, à cause des périmètres de sécurité érigés un peu partout dans la ville. On prend connaissance également d’un rassemblement à 21 h devant le consulat français, à Montréal. Sébastien et moi allons rejoindre ces personnes rassemblées. #NoussommesParis

Le choc du lendemain

Le lendemain, on prend connaissance des derniers développements concernant les attentats commis à Paris, ce vendredi 13 novembre.

On sait maintenant que c’est le groupe armé État islamique qui a revendiqué les attaques. Lors d’une conférence de presse que l’on peut écouter en direct de Paris, où il est déjà samedi soir, le procureur de la République, François Molins, revient sur les évènements dans un ordre aussi chronologique que possible.

Le nom d’un lieu, prononcé par M. Molins, qui continue à relater le déroulement des évènements, agit comme un électrochoc chez mon copain : Le Comptoir Voltaire. L’établissement, situé dans le 11e arrondissement, est au coeur du quartier où mon amoureux a passé toute sa jeunesse. Quartier où sa mère, son père et son frère jumeau vivent toujours. Le Comptoir Voltaire est littéralement à 3 minutes à pieds de la maison.

Capture d’écran 2015-11-16 à 09.21.35

Le Comptoir Voltaire est situé au 253, boulevard Voltaire, à Paris. (Photo: Facebook)

« Marie, c’est là où nous sommes allés prendre un verre durant nos vacances cet été », me dit mon amoureux, très émotif. Je l’ai alors serré très fort dans mes bras.

La terrasse du Comptoir Voltaire est même un des endroits préférés de la mère et du frère de mon copain. Par chance, ils sont demeurés à la maison, vendredi soir, même s’il faisait bon se balader dans la Ville lumière. Effectivement, nous y sommes allés en famille cet été, pour prendre un verre. C’était un soir de juillet, où il faisait bon être à l’extérieur, alors que c’était encore possible de se balader dans Paris sans avoir peur et sans avoir à regarder derrière son épaule.

« Paris ne sera plus jamais la même », m’a alors dit Sébastien.

Vos commentaires
loading...