Publicité

Vieux jeux, jeux d’enfants, jeux de mots

Culture
Une des oeuvres présentées dans l'exposition « VIeux jeux » de Sandra Lachance. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Une des oeuvres présentées dans l’exposition « VIeux jeux » de Sandra Lachance. (photo: Marie-Eve Cloutier)

L’adolescence et la vieillesse sont deux étapes charnières dans nos vies. L’artiste Sandra Lachance les met en opposition dans l’exposition « Vieux jeux » et « Jeux d’enfants », présentée à la Maison de la culture Mercier, jusqu’au 18 décembre.

Placés l’un face à l’autre dans la salle d’exposition, les deux projets font ressortir le jeu de mots sur lequel la photographe a voulu mettre de l’accent. « Quand on est enfants, on joue pour apprendre. Quand on devient vieux, on joue pour passer le temps », explique Sandra Lachance.

Dans le cadre de Jeux d’enfants, on voit des jeunes, en passage vers l’âge adulte, qui tente d’agir comme tel. Une jeune fille tente de se maquiller, une autre joue les wonder woman, un garçon n’a plus envie de dessiner sur les murs et une autre enfant à des tatouages temporaires sur son bras.

« Les enfants veulent délaisser leur insouciance et grandir plus vite, mais ce n’est pas toujours facile de jouer à l’adulte », ajoute l’artiste visuelle.

Le vernissage de l'exposition a eu lieu le 7 novembre à la Maison de la culture Mercier. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 7 novembre à la Maison de la culture Mercier. (photo: Marie-Eve Cloutier)

De l’autre côté, « Vieux jeux » est presque un retour aux sources. Fait intéressant, les photos pour le projet « Vieux jeux » ont été réalisées lors d’une résidence de trois mois à Tourcoing en France. « J’ai voulu travailler avec eux les jeux anciens et les souvenirs de ces personnes », raconte Sandra Lachance.

Même si la mine des personnes âgées photographiées est beaucoup plus joviale que celle des enfants, Sandra Lachance mentionne qu’il n’a pourtant pas été si facile de photographier ses sujets. « J’ai mis du temps avant d’avoir leur approbation. Les personnes âgées refusent souvent de se laisser prendre en photo, sous prétexte qu’elles ne se trouvent pas belles. Quand on parle d’eux, c’est aussi souvent pour dire à quel point ça va mal, notamment à cause de la maladie. Je voulais donc à la fois montrer le côté positif de la vieillesse », fait valoir l’artiste.

Vos commentaires
loading...