Publicité

Joie et paix à Noël

Vie de quartier
Sur la photo, de gauche à droite: Robert Hurtubise, artiste de Mercier-Est, Claudia Mandl, artiste peintre et professeur, Norma Ouellet, responsable du soutien à l'animation à la paroisse Saint-François-d'Assise, ainsi que des enfants de l'école Jeunesse Richesse de Montréal. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Sur la photo, de gauche à droite: Robert Hurtubise, artiste de Mercier-Est, Claudia Mandl, artiste peintre et professeur, Norma Ouellet, responsable du soutien à l’animation à la paroisse Saint-François-d’Assise, ainsi que des enfants de l’école Jeunesse Richesse de Montréal. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Des œuvres sur la joie et la paix réalisées par des élèves de l’école roumaine Jeunesse Richesse de Montréal sont exposées à l’espace Emmaüs de l’église Saint-François-d’Assise jusqu’à la fin janvier.

Un petit groupe d’enfants était d’ailleurs présent, accompagné par leur professeur, l’artiste peintre Claudia Mandl, afin de participer à la messe du 20 décembre (dimanche) à l’occasion du Sacrement de la Réconciliation. Les enfants d’âge primaire ont notamment contribué au rite de la paix lors de la cérémonie, ce qui venait compléter l’exercice débuté en classe.

« Nous avons travaillé sur le thème de la paix à l’école au courant des dernières semaines. Après les attentats de Paris en novembre, j’ai senti que les gens cherchaient une façon d’exprimer leur paix. Souvent, nous avons peu d’endroit et de moyen pour le faire. Et même si les enfants sont purs et innocents, ils ont quand même compris ce qui s’est passé à Paris, car ce n’était pas si abstrait que ça pour eux », explique Claudia Mandl.

Des oeuvres lumineuses

À l’occasion d’un cours spécial, la professeure a invité ses élèves à participer à un projet d’art qui allait évoquer la joie et la paix en cette période de Noël. « Il n’a pas été question de discuter des récents évènements en classe avec les élèves, mais je m’étais quand même préparée si certains élèves avaient eu le goût de parler des attentats de Paris ou encore de la guerre en Syrie, mais ce ne fut pas le cas. J’ai cependant eu une belle connexion lors de ce travail avec eux », ajoute Mme Mandl.

Ce faisant, les enfants ont fait des pentures avec le symbole de la terre ou de la paix. D’autres enfants ont fabriqué et décoré des sapins de Noël ou des étoiles. L’artiste peinte a elle-même contribué au projet en réalisant deux peintures en moins de deux semaines! « J’ai demandé au curé François Baril s’il voulait bien que l’on expose le travail des élèves à l’église et il a dit “oui” », raconte Claudia Mandl.

Vos commentaires
loading...