Publicité

Le parti politique de mes rêves

Communiqués
Soirée du 26 novembre au resto Mikes de Place Versailles qui s'intitulait Le parti politique de mes rêves et qui portait sur le cynisme ou dit autrement sur ce que les électeurs recherchent d'un parti politique pour le considérer comme le parti de leurs rêves.
M. François Brouillet est venu nous présenter un article qu'il avait écrit sur le premier ministre de ses rêves pour introduire la discussion.
Ce fut une soirée fort animée avec de nombreuses interventions de la part des personnes présentes.
Merci aux animateurs: Mme. Gilberte Lantin et M. Sébastien Gervais.
Soirée du 26 novembre au resto Mikes de Place Versailles qui s’intitulait Le parti politique de mes rêves et qui portait sur le cynisme ou dit autrement sur ce que les électeurs recherchent d’un parti politique pour le considérer comme le parti de leurs rêves. M. François Brouillet est venu nous présenter un article qu’il avait écrit sur le premier ministre de ses rêves pour introduire la discussion. Ce fut une soirée fort animée avec de nombreuses interventions de la part des personnes présentes. Merci aux animateurs: Mme. Gilberte Lantin et M. Sébastien Gervais.

L’équipe de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans notre quartier tenait un événement portant sur «Le parti politique de mes rêves» qui a attiré une cinquantaine de personnes, le 26 novembre dernier, au restaurant Mikes de la Place Versailles.

Voici un sommaire de ce qui a été mentionné par les participants à notre soirée portant sur le PARTI POLITIQUE DE MES RÊVES.

  • L’imputabilité est essentielle dans la classe politique. Cette attitude favoriserait sûrement la confiance dans les dirigeants.
  • Imputabilité des députés envers leurs électeurs plus qu’envers leur parti. Leur donner plus d’autonomie. Cet élément a pris beaucoup de place dans la rencontre. Imputabilité dans les divers ministères.
  • S’assurer que le député représente correctement son comté. Qu’il agisse de façon intègre. L’honnêteté des députés est non négociable.
  • Un parti composé de personnes honnêtes et qui mène à bien les projets et dessert l’intérêt des gens favorisera sûrement une diminution du cynisme.
  • Avoir des députés plus proche des électeurs : le député doit rapporter l’information adéquatement concernant les besoin; il doit demeurer près de ses électeurs et faire montre d’une grande écoute de ses électeurs.
  • Les députés devraient faire amende honorable quand ils se trompent.
  • Arrêter le dénigrement entre les divers partis et rester en haut de la mêlée pour promouvoir et défendre les idées du parti et de son programme. Demeurer centré sur cet objectif pour se démarquer. Un ras-le-bol est clairement perceptible dans l’assemblée face au dénigrement.  Éviter de tomber dans le piège de la partisannerie.
  • Plus de collaboration entre les partis, travailler ensemble dans les différents dossiers.
  • Mener à terme les projets dans des délais acceptables.
  • Avoir une vision plus à long terme et ce, pour un meilleur avenir.
  • Une vision globale est également essentielle. Avant de mettre en place un projet de loi, éviter de présenter des fragments d’information. S’assurer que les dossiers présentés contiennent l’information nécessaire à de bonnes prises de décision. La population doit être mieux informée pour bien comprendre par exemple, un nouveau projet de loi.
  • Avoir de véritables commissions d’enquête (Charbonneau) avec des conséquences. Devenir responsables des gestes posés. Identifier et mettre en place des solutions face aux problématiques rencontrées.
  • Avoir un vrai contrôle des coûts. Un bel exemple fut amené : un contrat normal comprend une ventilation des coûts qu’on doit respecter au public de la même façon.
  • S’assurer d’obtenir des vraies réponses durant la période des questions à l’assemblée nationale. Pourrait-on avoir un canal de communication où le public pourrait intervenir?
  • Élection proportionnelle ou proportionnelle mixte. Identifier un mode de scrutin qui soit mieux représentatif de la réalité.
  • Permettre aux lecteurs d’exprimer leurs opinions sur une base régulière et pas seulement aux 4 ans.
  • L’électronique est accessible et il faut davantage consulter les électeurs avant des prises de position ou de décision. Le mode sondage doit être davantage utilisé et dans des délais assez rapides pour éviter que tout traîne en longueur. Faire des référendums plus régulièrement sur les items principaux.
  • Viser une véritable répartition de la richesse. Moins favoriser les plus riches.
  • Réellement travailler à la réduction de la dette car c’est une inquiétude très remarquée et davantage chez les jeunes. Ceci n’est pas nécessairement vendeur en période électorale.
  • Diminuer les mégastructures pour que les gestionnaires soient plus proche des employés.
  • Avoir des gestionnaires dans les ministères plus que des spécialistes en santé ou en éducation etc…
  • Regarder ce qui se passe au privé (efficacité) et en tirer le meilleur avantage pour le public.
  • Travailler dans le sens d’offrir des salaires décents aux plus jeunes car un recul est ressenti et décourage les jeunes face à leur avenir.
  • Oui à la parité hommes-femmes, mais pas au détriment de la compétence et de l’intégrité.
  • Supporter plus l’implication citoyenne. La base doit s’impliquer pour changer les choses en politique. Des rencontres similaires doivent-elles davantage se faire pour que les idées soient entendues et fassent écho pour que les choses s’améliorent au plus haut niveau?
  • Reconsidérer les priorités des gouvernements. Les coûts de santé sont-ils bien regardés? Doit-on avoir un nouveau regard? L’éducation doit primer. Le citoyen doit-il assumer certains choix de vie ex. le fumeur qui occasionne des frais importants au système de santé?
  • Un parti de rêve ne renonce jamais. Il faut continuer de visiter les circonscriptions détenues par d’autres partis en temps d’élection et entre les élections pour se promouvoir et avoir des chances de faire des percées.
  • Un parti de rêve a plus de chances d’être élu avec  l’aide de bénévoles pour le supporter.
  • La position de la 3ième voie de la CAQ qui parle d’un Québec fort dans le Canada est bien vue mais pas encore assez connue. Promouvoir les idées du parti de façon constante.
  • Pourrait-on interdire les sondages 3 semaines avant les élections car on a l’impression que certains sont élus pour éviter de voir un tel au pouvoir? Cela favoriserait peut-être davantage l’élection de personnes  compétentes en place. Les média ont un grand effet sur les électeurs.
  • Discours plus rassembleur envers les immigrants pour la question nationale. Ce commentaire préoccupant venait d’une personne très bien renseignée sur cet enjeu et visait la CAQ.

Compte-rendu fait par Richard Campeau en collaboration avec Mmes Gilberte Lantin et Jocelyne Gagnon en date du 29 novembre 2015.

IMG_3857

Vos commentaires
loading...