Publicité

Cinéma : Les êtres chers, une œuvre émouvante

Culture
Maxim Gaudette
Une saga familiale marquée par l’humour et la mélancolie. Photo : FILMS SÉVILLE

Demain (14 janvier), Station Vu présentera Les êtres chers, une saga racontée sur une période de plus de vingt ans, écrite et réalisée par Anne Émond. Une période de questions-réponses est prévue à la fin de la représentation avec la cinéaste.

Après avoir remporté un franc succès avec son premier long-métrage Nuit # 1 en 2012, Anne Émond est de retour avec cette deuxième réalisation.

Campée dans un petit village du Bas-St-Laurent, l’histoire décrit les contrecoups d’un événement traumatique familial rattaché, précisément, à la mort de la figure paternelle. En 1978, Guy Leblanc, un homme aimant, est retrouvé sans vie. La cause exacte de son décès sera cachée à certains membres du clan pendant de nombreuses années. Ce secret jalousement gardé aura laissé de lourdes marques indélébiles.

Le récit met en scène Aline (Louise Turcot), l’épouse du défunt, André (Mickaël Gouin), le fils ainé, David (Maxim Gaudette), le cadet hypersensible, ainsi que Marie (Valérie Cadieux), la belle-fille et Laurence (Karelle Tremblay), la petite-fille. Avec cette dernière, David développe une relation complice d’une infinie tendresse qui, malgré un bris de confiance temporaire, se prolongera à l’âge adulte. Fragiles et sensibles, ils devront apprendre à vivre avec le poids de leur origine.

Les êtres chers : ses forces et ses faiblesses

Émond aborde ces thèmes : amour, dépression, deuil, famille, pardon, relation filiale et suicide.

Une photographie remarquable signée Mathieu Laverdière, une direction maîtrisée des acteurs, des touches d’humour ainsi qu’une trame sonore réussie de Martin Léon appuient cette production.

Cependant, certaines imperfections scénaristiques sont décelables : innombrables rebondissements, ellipses fréquentes et quelques longueurs.

De belles performances d’acteurs

Parfaitement complémentaires, Maxim Gaudette et Karelle Tremblay livrent des prestations justes et émouvantes. En père aimant, Gaudette offre une composition magistrale. Il porte le film sur ses épaules. Dans un rôle qui lui sied à merveille, la jeune comédienne crève l’écran. Tantôt émouvante, tantôt intense, elle démontre l’étendue de son talent. La distribution d’ensemble est fort bien choisie.

Décidément, Les êtres chers est une œuvre empreinte d’une douce humanité!

Le site Web du film

La bande-annonce

Vos commentaires
loading...