Publicité

Déneigement: ça évolue de tempête en tempête

Transport
déneigement rue Robitaille Montréal
Les Travaux publics raffinent leur gestion du déneigement de tempête en tempête. (photo: Stéphane Desjardins)

Les Travaux publics de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve raffinent leurs techniques à chaque tempête.

À la première tempête de l’année, durant le temps des Fêtes, plusieurs citoyens du Faubourg Contrecœur, notamment ceux de la rue Robitaille, ont constaté un manque de logique dans le choix des rues à déneiger, comme le rapportait ce journal.

Au lendemain de la tempête de la semaine dernière (le 19 janvier), on a pu constater certains changements sur le terrain. On a rapidement déneigé la rue Robitaille (et des deux côtés, vue l’absence de voitures stationnées où c’était permis), y compris dans l’arrondissement d’Anjou. Mais pas Claude-Masson, alors qu’il y circule pourtant un autobus (la ligne 26). Contrecœur avait été déneigée des deux côtés au nord de Sherbrooke (où passe aussi cet autobus).

Honoré-Beaugrand, au sud de Sherbrooke, n’avait été déneigée que d’un côté, malgré les quatre lignes d’autobus. Même chose rue des Ormeaux, au sud de Sherbrooke, où passent deux lignes de bus. Cette rue n’est desservie que par une seule ligne au nord de Sherbrooke, mais cette section était pourtant déneigée des deux côtés…

Saint-Donat, au nord de Sherbrooke, où passent deux lignes de bus, était complètement déneigée. Mais c’est compréhensible puisque le CHSLD Pierre-Joseph-Triest se trouve dans ce secteur. Les rues de Boucherville et Curatteau étaient également complètement dégagées. Elles desservent l’autoroute 25, deux lignes de bus et une école secondaire.

Pour les axes est-ouest, Sherbrooke et Notre-Dame ont rapidement été débarrassées de la neige. Mais pas Hochelaga, seulement déneigée sur un côté. Tout comme de Grosbois.

Classement par priorité

« C’est certain qu’à chaque tempête, on essaie de s’améliorer », commente Richard Celzi, conseiller municipal de Tétreaultville et responsable de la circulation pour l’arrondissement.

« Les rues ont été classées par priorité. Celles cotées 1 seront dégagées en premier. Ce sont des axes majeurs de circulation, où passent les transports en commun. Les rues classées 3, généralement résidentielles, sont dégagées en dernier », reprend M. Celzi.

M. Celzi ajoute que, pour la dernière tempête, dès que Montréal a déclaré qu’il fallait lancer les opérations de déneigement, les cols bleus de l’arrondissement se sont mis au travail, soit vers 19 h le 18 janvier. M. Celzi confirme qu’en plus des cotes de priorité, certaines rues sont déneigées rapidement pour assurer une certaine logique dans les déplacements de la machinerie. « On déneige les deux côtés d’une rue seulement s’il n’y a pas d’automobiles stationnées là où il n’y a pas de pancartes. Et si la rue n’est pas trop longue », ajoute-t-il.

Le conseiller mentionne que les cols bleus installeront les pancartes annonçant le déneigement seulement s’ils entendent passer rapidement dans le secteur. « On ne veut pas installer des pancartes trop rapidement, pour faire perdre des heures de stationnement inutilement aux citoyens si on ne déneige pas rapidement leur bout de rue », conclut M. Celzi.

On peut suivre les opérations de déneigement en ligne sur la carte Info-Neige.

Beaucoup de neige

L’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve dispose d’un budget de déneigement annuel de 10,9 millions de dollars. C’est le troisième plus grand territoire à desservir de l’agglomération de Montréal, avec :

  • 25,4 km2 et le quatrième plus populeux, avec près de 131 500 résidants;
  • 35 écoles;
  • plus de 272 km de rues et 464 km de trottoirs à déneiger;
  • plus de 200 personnes affectées à l’enlèvement de la neige;
  • plus de 140 équipements roulants.

L’arrondissement indique que peu importe le secteur où vous résidez, le déneigement s’effectue toujours selon les étapes suivantes :

  1. Épandage : Dès les premières précipitations, c’est le début de l’épandage afin que les rues et trottoirs soient sécuritaires. Cette intervention est assurée 24 h sur 24 h, 7 jours sur 7.
  2. Déblaiement : À partir d’une accumulation de 2,5 cm, on passe au déblaiement, selon les priorités établies par l’arrondissement. L’opération se termine généralement dans les heures suivant la fin de la précipitation, sur l’ensemble du territoire, selon les précipitations.
  3. Chargement : Avec l’instauration de la Politique de déneigement de la Ville de Montréal, le chargement sera décrété pour l’ensemble des arrondissements de la Ville lorsqu’il y a une accumulation de neige au sol entre 10 et 15 cm. L’arrondissement procédera au chargement dans les 12 h suivant le décret municipal. On installe des panneaux orange interdisant le stationnement, soit de 7 h et 19 h ou de 19 h à 7 h. Le chargement prend entre 96 et 120 heures, selon l’accumulation de neige au sol.
  4. Disposition de la neige : La neige est ensuite transportée vers deux sites de disposition : la chute à l’égout de La Salle ou la Carrière Lafarge.
Vos commentaires
loading...