Publicité

Les Québécoises et les Québécois font-ils partie de la diversité des libéraux de M. Trudeau?

Éditoriaux, Élus
Une foule
La vision de la diversité canadienne des libéraux fédéraux n’inclut pas le peuple québécois, constate, dans son blogue, Mario Beaulieu. (Photo: Dollar Photo Club)

Le nouveau premier ministre Trudeau et le parti Libéral fédéral clament haut et fort sur toutes les tribunes leur engagement pour la diversité et l’ouverture. Mais leur vision de la diversité canadienne n’inclut pas le peuple québécois. Et là-dessus Justin Trudeau ne démontre aucune ouverture.

Pour lui, la reconnaissance du Québec comme société distincte, est une idée dépassée qui crée des divisions, « le nationalisme découle d’une étroitesse d’esprit » et « érige des barrières entre les peuples ». « Toute cette idée d’un statut spécial pour le Québec ou de la reconnaissance du Québec comme société distincte dans la Constitution ou de la reconnaissance des Québécois comme une nation, le problème que j’ai avec cela, c’est que cela crée des divisions, que cela sépare des groupes au sein d’autres groupes. Qui sont les Québécois pour être reconnus comme une nation? » avait-il déclaré dans une entrevue au «Nouvelles Parc-Extension».

Dans son Discours du Trône, le nouveau premier ministre s’est empressé de dire qu’il veut négocier de nation à nation avec les peuples autochtones (ce avec quoi nous sommes d’accord et c’est d’ailleurs ce que le Québec fait depuis l’époque de René Lévesque), mais pas avec le peuple québécois.

Malgré l’air bon enfant qu’il diffuse à profusion dans ses  égoportraits («selfie’s»), Justin Trudeau a repris à son compte l’attitude arrogante de Pierre-Elliot Trudeau à l’égard des indépendantistes québécois. En 2013, il avait comparé le projet de laïcité de l’État du gouvernement Marois à la ségrégation américaine. Récemment, il le comparait avec le discours où Trump annonçait son désir de fermer les États-Unis aux musulmans! Comme le disait Antoine Robitaille dans Le Devoir, «On peut reprocher des choses au gouvernement Marois et à sa «charte des valeurs», mais mettre cette politique sur le même pied que les déclarations de Donald Trump sur les musulmans, comme Justin Trudeau l’a fait mercredi, est injuste, voire malhonnête. […]La position majoritaire québécoise sur la laïcité est tout à fait légitime, démocratique. Et nullement trumpienne.»

Justin Trudeau reprend de façon dogmatique le discours du multiculturalisme et du bilinguisme officiel élaboré par son père dans les années 60. Pour Trudeau père, le multiculturalisme permettait de refuser un statut particulier au peuple québécois, qui se retrouvait à n’être qu’une communauté culturelle parmi d’autres. Le multiculturalisme rejette l’idée d’une culture commune en encourageant la coexistence de multiples cultures.

Parallèlement, le bilinguisme officiel n’accordait pas de droits collectifs aux Québécoises et aux Québécois. Cette politique ne s’applique qu’aux minorités des langues officielles. Des ressources sont ainsi allouées pour offrir des services fédéraux en français aux francophones de plus en plus minoritaires au Canada anglais, et à renforcer la «minorité» anglophone au Québec, pourtant nullement menacée.  Comme la loi sur les langues officielles portait exclusivement sur des droits individuels, le Québec restait une « province comme les autres».

La loi sur les langues officielles était la réponse de P.E. Trudeau au « séparatisme ». Elle était fondée sur l’illusion trompeuse qu’il pourrait faire en sorte « que les Canadiens de langue française se sentent chez eux (…) à Vancouver et à Toronto comme à Montréal.»  Quiconque ayant voyagé au pays se rend compte assez vite que c’est loin d’être le cas encore aujourd’hui. Au moment de son adoption en 1977, Pierre Elliott Trudeau déclarait que la Charte de la langue française ramenait le Québec «des siècles en arrière» sinon à «l’âge des ténèbres», vers l’établissement d’une «société ethnique»…  Que ne faut-il pas entendre !

En fait, comme il se produit partout à travers le monde où on retrouve ce type de bilinguisme institutionnel  (et non pas individuel), la politique fédérale des langues officielles s’est accompagnée d’une assimilation croissante des francophones. Le seul mode d’aménagement linguistique qui permette la coexistence de plusieurs langues nationales est fondé sur les droits collectifs et territoriaux. Comme le constatait le mathématicien et spécialiste de la situation linguistique, Charles Castonguay, « le poids du français, langue maternelle aussi bien que langue d’usage, est depuis longtemps en chute libre à l’échelle de l’ensemble du Canada. À l’échelle de l’ensemble du Québec, depuis le début du nouveau millénaire, il recule à une vitesse jamais vue. C’est dire qu’il chute à pic à Montréal.»

Comme son père et les libéraux d’il y a 40 ans, Justin Trudeau fait l’autruche et ne trouve pas inquiétante la diminution du poids du français par rapport à celle de l’anglais, pourtant démontrée par Statistique Canada à chaque recensement. Dans la plateforme électorale libérale, on dit que «les efforts pour protéger et promouvoir le français ont porté fruit, et que les libéraux veulent poursuivre le travail. […] Le Canada tient sa force de sa diversité, qu’il doit notamment à sa fière tradition de bilinguisme officiel.»

Justin Trudeau a fréquemment pris position contre un renforcement de la loi 101, qu’il considère être un «vieux débat». Il reprend les mêmes arguments en insistant sur le contexte de la mondialisation néolibérale. Pour lui, un renforcement de la loi 101 aurait pour effet «de punir les Québécois francophones qui veulent que leurs enfants développent une capacité en anglais, la langue du commerce international.» Notons en passant qu’ici, M. Trudeau fait fi que les citoyens québécois sont de loin les plus bilingues en Amérique du Nord.

Si Justin Trudeau voulait réellement démontrer de l’ouverture et avoir un dialogue respectueux face au Québec, il devrait montrer qu’il peut comprendre un autre point de vue que le sien et celui que son père défendait il y a 40 ans. Le projet de faire du Québec un pays  est tout à fait légitime, moderne et respectueux de la diversité. Le Québec, en tant que seul état majoritairement francophone en Amérique du Nord, est un élément essentiel de la diversité culturelle et linguistique sur notre continent.

En fait, le combat du Québec français s’inscrit dans le mouvement pour une mondialisation équitable, alors que la mondialisation néolibérale favorise l’uniformisation des cultures nationales et leur réduction au rang de simples marchandises. En protégeant le français au Québec, nous défendons les langues de toutes les nations minoritaires, qui seront tout autant ouvertes les unes aux autres que leurs identités respectives ne seront pas menacées.

Comme le disait si bien Pierre Bourgault, «défendre notre langue au Québec, c’est défendre toutes les langues du monde contre l’hégémonie d’une seule.  »

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...