Publicité

Chaîne humaine devant le CPE Bilbo

Vie de quartier
Maka Kotto (près du véhicule rouge), député de Bourget, a assisté au rassemblement devant la Grande Ourse du CPE Bilbo ce matin. Sur la photo, on le voit discutant avec la directrice du centre, Marise Parent. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Maka Kotto (près du véhicule rouge), député de Bourget, a assisté au rassemblement devant la Grande Ourse du CPE Bilbo ce matin. Sur la photo, on le voit discutant avec la directrice du centre, Marise Parent. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Des parents, les enfants ainsi que le personnel du Centre de la petite enfance Bilbo se sont tenus par la main pour faire une chaîne humaine devant la garderie dès 8 h, ce matin.

Un peu à l’image des manifestations du mouvement « Je protège mon école publique » qui ont repris aujourd’hui, 1er février, alors que des centaines de personnes se réunissaient devant leur école partout au Québec, le CPE Bilbo, situé sur l’avenue Lebrun, a décidé lui aussi de se ternir debout devant les politiques d’austérité du gouvernement de Philippe Couillard. On apprenait l’automne dernier que le parti libéral préparait une réforme majeure du financement des CPE et des garderies privées subventionnées, désirant couper près de 120 millions de dollars dans ce secteur.

« C’est un beau hasard que les chaînes humaines devant les écoles publiques aient repris la même journée où nous avons décidé nous aussi de nous mobiliser pour manifester notre désaccord avec les coupes du gouvernement libéral. Il y a quand même un fil conducteur entre les centres de la petite enfance et les écoles, soit les enfants », explique Maryse Parent, directrice de l’installation la Grande Ourse, qui forme, avec la Petite Ourse, le CPE Bilbo.

Le prochain retranchement de 120 millions de dollars annoncé il y a quelques mois vient également s’ajouter aux millions déjà enlevé depuis l’époque du premier ministre libéral Jean Charest, rappelle Maryse Parent. « Concrètement, on nous a retiré 234 000 $ juste pour l’année financière 2014-2015. On avait prévu cette somme pour notre relocalisation prévue pour 2018. On sait que l’on doit déménager et on avait commencé à mettre des sous de côté pour ça, mais nous aurons malheureusement des choix à faire », se désole la directrice.

Lors de la manifestation ce matin, le groupe de la Grande Ourse s’est rendu jusqu’à l’école Sainte-Claire quelques mètres plus au sud sur l’avenue Lebrun, où se trouvent les locaux de la Petite Ourse, établissement dont la Commission scolaire de Montréal doit reprendre l’entièreté de l’espace, pour répondre à ses propres besoins.

Famille élastique

Présent à la manifestation, le père d’une famille de cinq enfants, incluant deux paires de jumeaux, a livré spontanément un témoignage rempli d’émotion au Journal de Mercier-Est.

« Nous avons reçu beaucoup d’aide au CPE Bilbo. Le personnel pense à tout et veille à nous communiquer le développement de nos enfants dans un porte-folio personnalisé, avec photo. Le programme du centre ici est incroyable. À force de coupes, je ne sais pas comment ils vont faire pour y arriver et j’ai peur d’avoir moins de support pour mes enfants », fait valoir le papa.

« Le CPE Bilbo n’est pas juste un point de dépôt pour les enfants. On aide les parents dans leur vie de famille. Qu’il s’agisse d’une mère ou d’un père seul à la maison, d’un retour aux études, d’un retour au travail, de la maladie qui frappe ou de n’importe quel autre petit bobo, nous avons les outils et les ressources pour aider les enfants et les parents », mentionne Maryse Parent.

Nouveau ministre, nouvel espoir? 

Suite à un important remaniement ministériel fin janvier, le parti libéral du Québec a nommé un nouveau ministre de la Famille en Sébastien Proulx, remplaçant ainsi Francine Charbonneau, devenue la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation.

« Malgré ce changement, nous restons sur nos gardes. Le projet des Centres de la petite enfance demeure celui de Pauline Marois. Les CPE sont devenus des plaques tournantes depuis, les familles vivent mieux et le statut de la femme s’est grandement amélioré. Les libéraux ne sont pas conscients de ce qu’on fait sur le terrain. Ils nous perçoivent comme des business [alors que nous sommes des services de garde à but non lucratif] », fait valoir Maryse Parent.

Le 7 février prochain, le CPE Bilbo prendra part au Grand rassemblement pour la sauvegarde des CPE qui aura lieu à la place Émilie-Gamelin, au centre-ville.

Vos commentaires
loading...