Publicité

Des citoyens préoccupés par les accès routiers au quartier

Élus, Transport
Un aperçu du plan concernant le projet d'optimisation de l'autoroute A25 du MTQ. (Capture d'écran: Projet corridor A-25 - Carte )
Un aperçu du plan concernant le projet d’optimisation de l’autoroute A25 du MTQ. (Capture d’écran: Projet corridor A-25 – Carte )

L’optimisation du corridor de l’autoroute A25 et l’hypothétique ouverture de la Place Chaumont sur le Faubourg Contrecœur sont deux dossiers qui ont préoccupé les citoyens présents à la réunion du conseil d’arrondissement, hier soir.

La nouvelle avait été annoncée en exclusivité par le Journal de Mercier-Est en mars 2015 : l’arrondissement d’Anjou disait souhaiter l’ouverture de trois rues afin de relier la Place Chaumont au Faubourg Contrecœur, un projet auquel Mercier–Hochelaga-Maisonneuve s’opposait totalement, selon le maire Louis Miranda.

Lors du conseil d’arrondissement d’avril dernier, Réal Ménard, maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, avait clarifié la position des élus dans ce dossier : « Louis Miranda nous a fait des représentations par le passé […] Nous n’avons jamais eu l’intention d’ouvrir la rue Eugène-Achard et nous n’avons pas l’intention de changer d’avis. » Cet engagement ferme avait alors rassuré bien des citoyens de Mercier-Est.

Or, lors de la première séance du conseil d’arrondissement de 2016, tenu hier soir, 3 février, des résidents du quartier sont revenus sur ce dossier suite à un article publié dans Le Flambeau de l’Est, le mois dernier. On peut y lire qu’un « rapprochement entre les maires d’Anjou et de MHM dans les derniers mois de 2015 pourrait permettre d’en venir à une entente entre les deux arrondissements relativement au prolongement des avenues Chaumont, Rondeau et Rhéaume jusqu’au projet résidentiel du Faubourg Contrecœur et des rues Eugène-Achard et Paul-Pau ».

Place Chaumont

(photo et plan: Arrondissement d’Anjou – Ajouts: Dromadaire)

Questionné si son engagement d’avril 2015 tenait toujours, Réal Ménard a donné quelques explications. « Nous n’avons pris aucune décision par rapport à l’ouverture des rues de la Place Chaumont sur le Faubourg Contrecœur. M. Miranda nous demande seulement que nos deux services d’études techniques s’assoient ensemble pour étudier différents scénarios. Nous n’avons pas encore pris de décision. M. Miranda a des besoins pour assurer la vitalité économique de la Place Chaumont. Nous sommes dans la même ville. On peut se parler », a alors dit le maire.

Des routes aux autoroutes

Les préoccupations d’accès autoroutier à Mercier-Est ne concernaient pas que les routes reliant le quartier à Anjou durant le conseil d’arrondissement. D’autres citoyens sont aussi venus partager leurs craintes par rapport à l’important chantier d’optimisation de l’autoroute 25 qui débutera dès ce printemps.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ), en partenariat avec la Ville de Montréal, procédera au réaménagement de certaines composantes du corridor de l’autoroute 25 afin de faciliter l’accès au port pour les camions tout en diminuant leur circulation sur le réseau local. Pour y arriver, le projet entend démolir le pont d’étagement de la rue De Boucherville Nord (la hauteur libre constitue une contrainte pour la circulation des camions), aménager une nouvelle voie de desserte en direction nord entre les rues Hochelaga et Sherbrooke, du côté est de l’autoroute, et réaménager l’échangeur Sherbrooke et d’autres voies municipales afin de les rendre plus conviviales et sécuritaires.

« Nous avons rencontré des citoyens à la fin de l’année 2015 pour entendre leurs préoccupations concernant l’autoroute 25. Nous aurons une deuxième rencontre le 25 février. Nous tenons simplement à dire que nous appuyons le projet, car même si on reconnait qu’il n’est pas parfait, il offre plusieurs avantages, notamment en ce qui concerne la diminution de la circulation sur le réseau local et l’amélioration de la sécurité, puisque le nouvel aménagement sera plus de type “urbain” et que des feux de circulation vont s’ajouter », a souligné le maire.

Même s’il salue l’initiative du MTQ de moderniser le corridor de l’autoroute 25, le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) déplore cependant la dégradation prévisible de la qualité du milieu de vie des citoyens avoisinants le secteur. Dans un communiqué envoyé aux médias hier soir, le CEM-E indique que, « selon les informations fournies lors des rencontres avec les représentants du MTQ et de l’arrondissement, le camionnage, interdit depuis 17 ans sur le tronçon sud de la rue Curatteau, sera de nouveau autorisé en direction nord, à la jonction de la rue Notre-Dame. De plus, les camions provenant de l’A-25 Nord auront maintenant accès à la rue Sherbrooke en direction est. Ce nouveau tracé aura donc pour effet d’exposer de nombreux citoyens aux nuisances liées au camionnage, à savoir le bruit, la pollution de l’air et les vibrations ». 

« Dans sa forme actuelle, ce projet subordonne le bien-être et la santé des citoyens aux impératifs d’efficacité et de fluidité du transport lourd. Le CEM-E presse donc le MTQ et l’arrondissement de prendre en considération les milieux de vie environnants en apportant à ce projet les modifications nécessaires », conclut Jean Lapointe, président du CEM-E, dans le communiqué. 

Vos commentaires
loading...