Publicité

Club de lecture: la fin de la vie

Culture
La_mouche_dans_laspirateur

Voici les suggestions du Club de lecture cette semaine!

Romans

Suggestion de Catherine Belleau, bibliothécaire à la bibliothèque Mercier de la Ville de Montréal

Le poète, de Michael Connelly, Paris, Calmann-Lévy, c2015, 483 p. La première édition en langue française a paru en 1997. Cote : CON

connellyMichael Connelly, né le 21 juillet 1956, est l’un des auteurs de romans policiers les plus demandés dans les bibliothèques. « Le poète » est le premier titre que j’ai lu de cet écrivain américain. Il a remporté le prix Mystère de la critique 1998 dans la catégorie roman étranger. C’est l’un des plus anciens prix français récompensant un roman policier.

Connelly est très prolifique et il me semble important de vous mentionner qu’il est fortement recommandé de lire ses titres en ordre chronologique puisque les personnages des différents romans sont récurrents. Il a écrit trois principales séries; une avec l’inspecteur Harry Bosch, une avec l’avocat Mickey Haller et l’autre avec le journaliste Jack McEvoy.

Jack McEvoy est chroniqueur judiciaire au Rocky Mountain News au Colorado. Dans cette histoire il est confronté au suicide de son frère jumeau Sean, inspecteur de police qui enquêtait sur le meurtre horrible d’une jeune femme. Jack ne croit pas tellement au suicide de son frère qui a laissé sur le pare-brise de sa voiture un message étrange : hors de l’espace, hors du temps. Suite à ce drame, Jack n’en restera pas là et découvrira que beaucoup d’autres personnes s’intéressent au suicide de son frère, dont le FBI… L’histoire est prenante et, avec « Le poète », j’ai passé de belles heures de lecture. Nous avons affaire à roman très bien construit accompagné d’une intrigue solide. J’ai bien aimé le personnage principal et la dynamique de l’enquête. Dans un chapitre on se retrouve avec Jack McEvoy comme narrateur et dans l’autre nous nous retrouvons avec le criminel William Gladden, membre d’un réseau de pédophiles, comme narrateur. C’est original comme construction de roman. Un suspense haletant… J’ai hâte de lire les autres titres de Michael Connelly.

Suggestion de Stéphane Desjardins, éditeur

Morlante, de François Dompierre, Coups de tête éditeur, Montréal, 155 pages, 2009.

morlanteL’auteur a déjà déclaré aux journalistes qu’il détestait les romans de piraterie et qu’il voulait renouveler le genre. Rien de moins. Il en résulte un court récit plutôt amusant et, surtout, dégoulinant d’hémoglobine. Dans ce roman « musclé », pour adultes, très viril, on décrit sans vergogne des membres qui se tranchent et des têtes qui explosent. Le sang gicle et la pudeur n’est certes pas au rendez-vous. Les pirates, eux, sont pleutres et sans honneur. Si le récit se passe en 1701, dans la mer des Caraïbes, on sent que l’auteur ne se gêne pas pour passer quelques messages sur la violence de notre époque. Quitte à laisser traîner quelques anachronismes plus ou moins intentionnels.

Le personnage principal, nommé dans le titre du livre, est écrivain. Il s’adonne à son art au fond de la cale de son bateau. Mais quand surviennent les pirates, il range sa plume pour mieux manier ses machettes et défendre la flotte anglaise. « On ne marque pas son époque en écrivant des livres, mais en tranchant des gorges », affirme Dompierre/Morlante. Quelque part au milieu de cette violence, Morlante, à son grand dam, devra affronter Lolly Pop, une femme pirate qui lui a inspiré de nombreux romans! Vous l’aurez compris : on lit Morlante comme on déguste un sac de chips assis sur un banc de la Promenade Bellerive. Un moment de détente un peu coupable.

Littérature jeunesse

Suggestion de Ganaëlle Roberge, intervenante en éveil à la lecture et au langage de la Maison des Familles de Mercier-Est

La mouche dans l’aspirateur, écrit et illustré par Mélanie Watt, éditions Scholastic, 2015.

La_mouche_dans_laspirateurLa talentueuse Mélanie Watt, bien connue pour ses séries Frisson l’écureuil et Chester, nous offre un album magnifique à la fois drôle et profond. Une mouche se faufile par une fenêtre entrouverte et vole de pièce en pièce jusqu’au salon où elle est malencontreusement happée par l’aspirateur de la maison. Piégée au cœur de l’appareil, elle traverse les cinq phases du deuil avant de voir la lumière au bout du tunnel et de s’envoler vers une vie nouvelle.

Avec beaucoup d’émotions et d’humour, le livre aborde le thème du deuil qui peut prendre plusieurs formes : perte d’une personne, d’un animal, d’une relation, d’un lieu (déménagement), etc. ou à la suite d’une expérience bouleversante. L’auteure-illustratrice élabore le suspens de son récit autour du modèle des cinq phases du deuil de la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross soit le déni, le marchandage, la colère, le désespoir et l’acceptation. Le livre s’anime bien auprès d’enfants de tout âge en ajustant le niveau de la lecture et des discussions. Un bijou de livre pour aborder le deuil sous toutes ses formes!

L’album est disponible à la Bibliothèque Mercier dans la section « Nouveautés ».

Vos commentaires
loading...