Publicité

Un dernier souper historique pour Robert Carrière

Vie de quartier
De nombreuses personnes étaient présentes pour profiter d'un dernier souper en la compagnie de l'historien Robert Carrière, vendredi soir. (photo: Marie-Eve Cloutier)
De nombreuses personnes étaient présentes pour profiter d’un dernier souper en la compagnie de l’historien Robert Carrière, vendredi soir. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Plus de 60 personnes étaient réunies vendredi dernier afin de rendre hommage à Robert Carrière, lors d’un dernier souper au restaurant le Cupidon d’Or, rue Hochelaga.

Ce n’est pas un secret, l’historien amateur et chroniqueur pour le Journal de Mercier-Est est malade depuis plusieurs mois. Ces deux dernières années, il a toujours su trouver la force afin de participer aux déjeuners du samedi matin où des membres de son groupe Facebook « Robert Carrière nous raconte » se réunissaient pour parler de l’histoire de Tétreaultville et de la Longue-Pointe.

Aujourd’hui de plus en plus affaibli par la maladie, M. Carrière ne peut plus assister aux traditionnels déjeuners du samedi matin, malgré toute l’énergie qu’il pouvait en tirer pour continuer à avancer. Un dernier souper en sa présence a donc été organisé le 11 mars afin que M. Carrière puisse dire un dernier « au revoir » à son groupe.

Les personnes présentes s’étaient rassemblées pour former une haie d’honneur à l’intérieur de l’établissement lors de l’arrivée de Robert Carrière, qui devait se déplacer en fauteuil roulant. Un des membres du groupe, Klaude Surprenant, surnommé « le fou du roi », a livré un vibrant témoignage à son ami Robert, empruntant les voix de Jean Drapeau, Jean Chrétien et de Pierre Bruneau. « C’est un homme fantastique qui ne sera jamais oublié. Et chacun de nous lui disons “Merci”. Je sais que je me répète et je le fais exprès. Je ne veux pas l’oublier et je ne veux pas que personne ne l’oublie […] l’homme qui aujourd’hui nous a tous réunis  », a-t-il lancé en terminant son discours, invitant les gens à donner une bonne main d’applaudissement à M. Carrière.

Klaude Surprenant, alias « le foiu du roi ». (photo: Marie-Eve Cloutier)

Klaude Surprenant, alias « le foiu du roi ». (photo: Marie-Eve Cloutier)

Très ému par ce témoignage, Robert Carrière a versé quelques larmes. « Je m’en vais, mais en sachant que mon site sera entre bonnes mains », a-t-il souligné, heureux du fait que son travail de recherche sur l’histoire du quartier aura une suite après son départ.

Robert Carrière, attentif au témoignage de son ami Klaude. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Robert Carrière, attentif au témoignage de son ami Klaude. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Un historien rassembleur

Lors de sa retraite, Robert Carrière a décidé de passer ses journées à la Bibliothèque et archives nationales du Québec afin de recenser toutes les informations qu’il pouvait trouver sur l’histoire de Tétreaultville et de la Longue-Pointe. L’historien amateur a ainsi cumulé plus de 6000 documents d’archives.

Dans son groupe Facebook, M. Carrière a réussi à rejoindre plus de 1700 personnes qui vivent ou qui ont habitué le quartier afin d’échanger sur l’histoire.

L’œuvre de M. Carrière a été honorée par l’ex-députée de la Pointe-de-l’Île, Ève Péclet, l’été dernier, ainsi que par l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve en février 2014. M. Carrière a également reçu la visite de Mario Lirette et de Gilles Proulx, dont ce dernier deux fois plutôt qu’une, lors des déjeuners du samedi matin, en plus d’avoir été l’invité de Katerine-Lune Drolet à l’émission Montréalité, à MATv, en mars 2015.

Vos commentaires
loading...