Publicité

Une année pleine de rebondissements pour YQQ

Environnement
L'AGA de YQQ s'est déroulé dans une mise en scène de salle de tribunal avec beaucoup d'humour le 23 mars dernier, au Bain Morgan. (photo: Marie-Eve Cloutier)
L’AGA de YQQ s’est déroulé dans une mise en scène de salle de tribunal avec beaucoup d’humour le 23 mars dernier, au Bain Morgan. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Pour reprendre leurs propres mots, 2015 aura été « une année en montagnes russes » pour Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur, à la lecture de leur rapport annuel.

L’organisme a tenu son assemblée générale annuelle le 23 mars dernier, au Bain Morgan, là où est situé l’un des points de service de l’Éco-quartier Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, dont YQQ est le mandataire depuis la fin de 2014.

En effet, YQQ, qui était déjà le mandataire des Éco-quartier Maisonneuve-Longue-Pointe et Tétreaultville, démarrait 2015 avec comme tâche la coordination de cette nouvelle entité qu’est devenu l’Éco-quartier de MHM qui couvre désormais tout le territoire de l’arrondissement. Même si cette réorganisation a été réussie, il aura quand même fallu déménager les points de services, qui passaient au nombre de quatre à trois, et deux fois plutôt qu’une en ce qui concerne celui du quartier d’Hochelaga-Maisonneuve. Ce point de service se situait sur la rue Ontario Est avant un changement d’adresse précipité pour trouver finalement refuge au Bain Morgan, vers la fin de l’été.

Malgré ce nouveau mandat, Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur apprenait également en juin dernier que l’arrondissement ne lui accordait pas le contrat pour le service d’enlèvement de graffitis sur le domaine privé, que la ville avait décidé de soumettre en appel d’offres. YQQ s’occupait de l’enlèvement de graffiti dans MHM depuis 2003.

« Nous avons quand même réussi à obtenir un contrat ciblé avec l’arrondissement pour l’enlèvement de graffiti sur le domaine public seulement. En 2015, nous avons enlevé 3220 mètres² de tags et de graffitis dans les parcs. Nous en avons aussi enlevé l’équivalent de 409 mètres² supplémentaires, [car nous offrons aussi nos services aux particuliers] », explique Pauline Picotin, directrice générale de YQQ.

Tous ces hauts et ces bas ont fait en sorte que YQQ a enregistré un déficit de 20 000 $ en 2015.

Ce faisant, YQQ souhaite élargir son territoire de services en 2016. « On souhaite offrir le service d’enlèvement de graffitis hors arrondissement, mais sans exclure Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, puisqu’on veut continuer de travailler en partenariat avec eux. On ne baisse pas les bras! » a mentionné Vanessa Lachapelle-Lamoureux, directrice adjointe de Y’a QuelQu’un l’aut’bord du mur, au Journal de Mercier-Est.

« Coupable » de ses interventions environnementales

Malgré ces rebondissements, c’est dans une mise en scène très humoristique de salle de tribunal que l’équipe de Y’A QuelQu’un l’aut’bord du mur a présenté son rapport annuel à ses membres.

Christelle Kouotze, coordonnatrice du volet Nature en ville, interroge le témoin appelé à la barre sous le regard attentif du juge Jérome Daoust, à la perruque faite de matières recyclées. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Christelle Kouotze, coordonnatrice du volet Nature en ville, interroge le témoin appelé à la barre sous le regard attentif du juge Jérome Daoust, à la perruque faite de matières recyclées. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Jérôme Daoust, président du conseil d’administration de l’organisme, a joué le rôle du juge coiffé d’une perruque bouclée faite de rouleaux de papier de toilette (recyclage oblige!). Il a ainsi écouté les avocats qui étaient prêts à défendre le parti de la planète Terre alors qu’il y avait autant d’accusations à traiter que de volets d’actions de l’organisme. Un à un, les employés de YQQ étaient appelés à la barre des témoins.

Parmi les faits saillants, on note que YQQ a réalisé quatre murales dans l’arrondissement, dont deux dans le quartier de Mercier-Est, soit le Sage et la muse sur le mur de la Bibliothèque et la Maison de la culture Mercier, et la murale patrimoniale sur le mur du magasin Mini-Prix, rue Hochelaga.

Durant l’été, les neuf vélos-marchés du quartier ont permis la vente de 150,5 kilos de fruits et légumes à 147 clients. Une nouvelle ruelle verte, la ruelle des Générations, a été inaugurée en septembre dernier. Quatre autres ruelles ont aussi été réalisées dans les autres quartiers de l’arrondissement l’année dernière. De plus, YQQ a développé de nouveaux produits en 2015, comme le programme aux Trousses d’un foyer vert, lancé officiellement en début d’année. L’organisme souhaite d’ailleurs continuer à développer de nouveaux produits du genre afin d’augmenter ses revenus auto-généré en 2016.

Vos commentaires
loading...