Publicité

«Tracés sur carbone» à la Maison de la culture Mercier

Communiqués
Tracé matérialisé, 2015. Découpe sur carton, 61 x 178 cm (photo: Courtoisie)
Tracé matérialisé, 2015. Découpe sur carton, 61 x 178 cm (photo: Courtoisie)

La maison de la culture Mercier présente « Tracés sur carbone », les gravures sur plexiglas et découpes sur carton de Marc Laforest, du 30 avril au 22 mai 2016. Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi 30 avril, de 14 h à 16 h.

Artiste et enseignant en arts plastiques, Marc Laforest utilise le local de classe comme point de départ à ses créations. Il s’inspire des traces laissées en marge des réalisations de ses élèves et traite certains de ces détails comme s’il s’agissait d’artefacts. Il réinterprète ces éléments par la photo numérique, la peinture, la découpe, la gravure ou le dessin.

Pour cette exposition, l’attention de l’artiste s’est portée sur les carbones ayant servi à des transferts d’images pour des projets d’élèves. On retrouve sur ces feuilles une multitude de formes abstraites et figuratives qui se chevauchent. Ces dessins tracés sur plusieurs années donnent lieu à des scènes improbables où seul le hasard a décidé du résultat.

La série intitulée Émergence est constituée de portraits provenant de ces carbones que l’artiste a gravés en format moyen sur plexiglas. Par un éclairage direct, on ne perçoit l’image que par ombre portée sur le mur. Pour l’artiste, cette série évoque l’aspect fantomatique de ces tracés qui appartiennent à un passé flou, où les visages d’anciens élèves et leurs réalisations se superposent.

La deuxième série intitulée Tracé matérialisé, réalisée à partir de la technique de la découpe sur carton noir, présente des enchevêtrements d’images hétéroclites. L’œuvre résulte du découpage du tracé qui n’est maintenu que par un mince cadre. Ces œuvres rappellent l’aspect formel du théâtre d’ombres et mettent en scène le chaos dû à la superposition des multiples images provenant des feuilles de carbone. Ces découpes furent réalisées dans un format horizontal afin d’évoquer l’idée de scènes surréalistes tirées d’un théâtre d’ombres.

(photo: Courtoisie)

(photo: Courtoisie)

Marc Laforest a obtenu une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM (2002). Il a exposé ses œuvres à Montréal, Laval, Longueuil et les Laurentides et a participé à une résidence d’artiste à Sagamie (Centre national de recherche et diffusion en arts contemporains numériques). Ses œuvres font partie de plusieurs collections privées. Plusieurs articles lui ont été consacrés dans Vie des arts et dans la revue Spirale. Il s’est notamment impliqué à la galerie Verticale art contemporain de Laval au sein du conseil d’administration (1999-2002) et fut représentant régional Laval, Laurentides, Lanaudière pour l’AQÉSAP (Association Québécoise des Éducatrices et Éducateurs Spécialisés en Arts Plastiques) (2007-2008). Marc Laforest vit et crée à Montréal et enseigne à l’école Saint-Maxime à Laval.

 

 

Source: Maison de la culture Mercier

Vos commentaires
loading...